in

Leader d’Ennahda : Nous avons lancé une initiative cachée pour résoudre la crise en Tunisie

Leader d'Ennahda : Nous avons lancé une initiative cachée pour résoudre la crise en Tunisie

Actuexpress Le 2021-07-31 10:21:26, Leader d’Ennahda : Nous avons lancé une initiative cachée pour résoudre la crise en Tunisie

Tunisie – Alaa Hammoudi : Le leader du Mouvement tunisien de la Renaissance, Abdel Latif Al-Makki, a déclaré que le mouvement avait lancé « une sorte d’initiative cachée, et cela ne retardera aucun effort national pour sortir de la situation exceptionnelle actuelle ».

Al-Makki, ancien ministre de la Santé, a estimé que « ce qui s’est passé dans les procédures fondées sur l’article 80 de la constitution est un coup d’État et une mauvaise application et interprétation du même article ».

Le chef d’Ennahda (53 députés sur 217 membres du parlement) a déclaré: «Ce qui s’est passé, c’est qu’une institution de l’État a saisi les compétences d’autres institutions législatives et exécutives en adoptant une interprétation personnelle et erronée et une interprétation de l’article 80 de la constitution. , et une grave violation de la loi.

Et dimanche dernier, Saeed a publié des mesures exceptionnelles, qui ont limogé le Premier ministre Hisham Al-Mashishi, à condition que (Saeed) assume le pouvoir exécutif avec l’aide d’un gouvernement dont le Premier ministre a été nommé jeudi, gelant les pouvoirs du Parlement pour une période de 30 jours, levant l’immunité des députés et présidant le ministère public.

Al-Makki a expliqué que « Ennahda a lancé une sorte d’initiative cachée, et après avoir décrit ce qui s’est passé, il y a un mouvement vers un dialogue national pour surmonter cette situation de crise, et le mouvement Ennahda ne retardera aucun effort national dirigé par le président de la République ou organisations nationales pour sortir de la situation exceptionnelle actuelle (conformément à l’article 80 de la constitution).

Il a souligné que « la solution aux problèmes politiques et économiques qui ont conduit à ces mesures a bloqué l’horizon au cours des derniers mois, et toutes les perturbations et problèmes doivent être résolus rapidement, une fois que le climat politique général aura changé ».

Les semaines à venir apporteront de nouvelles

Al-Makki a estimé que « les conséquences de ce qui s’est passé seront négatives, car les mesures et procédures ont mis le pays dans un état d’ambiguïté, et même si nous acceptons que ce qui s’est passé était une application et une lecture correctes du chapitre 80, il est dans les paragraphes du même article un appel à reprendre le travail avec le même article dans un délai n’excédant pas un mois.

L’article 80 de la Constitution dispose que « le Président de la République, dans une situation de danger imminent menaçant l’entité de la patrie, la sécurité du pays ou son indépendance, avec laquelle le fonctionnement normal des rouages ​​de l’État est impossible, peut prendre les mesures rendues nécessaires par cette situation exceptionnelle, après avoir consulté le Premier ministre, le président de l’Assemblée des représentants du peuple, et informé le président de la Cour. » Constitutionnalisme, et annoncer les mesures dans une déclaration au peuple.

Le même chapitre précise également que « l’Assemblée des représentants du peuple (Parlement) est considérée comme en session permanente pendant toute cette période, et dans ce cas le Président de la République ne peut dissoudre l’Assemblée des représentants du peuple, une liste de censure contre le gouvernement ne peut pas non plus être soumise.

Le leader d’Ennahda a estimé que « les prochains jours et semaines devraient être une étape pour le début d’un dialogue entre les institutions de l’Etat, les partis et les organisations, pour organiser un retour à la vie normale et à la voie démocratique dans le pays ».

Il a souligné qu' »il n’y a aucune possibilité de prédire vers quoi ira le pays, d’autant plus que la Présidence de la République n’est pas entrée ou n’a pas ouvert la porte au dialogue avec les partis et les organisations ».

Al-Makki a exprimé sa préoccupation, comme d’autres, avec le mouvement Ennahda, ou « avec le reste des partis avec ce qui va se passer, mais les premiers pourparlers indiquent que tout le monde est sous l’influence du choc après que le président a publié ces mesures exceptionnelles, en attendant pour que l’interaction et les indications soient plus claires dans les prochains jours.

autocritique

Concernant l’existence d’une autocritique et d’une responsabilité interne du mouvement Ennahda pour l’issue de la situation, il a déclaré : « Le mouvement Ennahda, en référence aux procès-verbaux des sessions des dernières années (2012 à 2014) du (qui rassemble des chefs de parti), vous constaterez que la thèse de l’autocritique existe.

Il a poursuivi : « La contre-thèse, et les différents points de vue présents au sein du mouvement sur diverses questions, telles que les comportements et le discours politique, sa contribution ou son accomplissement au pouvoir ou non, et sa relation avec les composantes de la gouvernance ou des organisations nationales, et le problème est que ces points de vue n’ont pas atteint le citoyen dans le bon sens. »

Il a ajouté : « L’opinion publique est bien consciente des différences au sein du mouvement, notamment entre 2014 et 2019 liées à la gestion de ce qu’on appelle l’Accord national, et cela concerne les différences dans le contenu des relations d’Ennahda avec les composantes de la coalition au pouvoir. . »

Un pas vers l’optimisme

Abdel-Latif Al-Makki a souligné que « les récents événements sont venus aujourd’hui pour interagir davantage avec le mouvement Ennahda et atteindre ses interactions avec la rue et l’opinion publique, et pour dire qu’il n’ignore pas le pouls de la rue et du peuple, qui se cristallise dans le transfert des directions régionales du mouvement vers les émotions et les opinions de la population.

Il a ajouté: « Ce qui s’est passé, à mon avis, c’est qu’Ennahda a décidé d’adopter une nouvelle politique qui aiderait le pays à profiter de sa révolution et à revenir sur la voie démocratique, qui ne sera probablement pas affectée malgré l’énormité des mesures, dans le but de discuter d’un avenir meilleur pour la Tunisie et les Tunisiens. »

Al-Makki a souligné que « les données existantes conduisent au pessimisme (une position entre optimisme et pessimisme), selon Emile Habibi (écrivain palestinien 1922-1996), mais moi, comme d’autres combattants politiques, j’attends de toutes les élites nationales, politiques et d’élite faire avancer ce pessimisme, se transformer en un véritable optimisme.

Le leader du mouvement Ennahda a terminé l’interview en disant : « En fin de compte, une réflexion sur ce qui se passe dans le monde et la position du monde sur ce qui se passe en Tunisie. L’avenir ne sera fait que par les Tunisiens, et l’avenir sera être seulement pour tout le monde. Si l’avenir est pour une partie au détriment d’une autre, il ne sera pas stable et ne sera pas digne de confiance du peuple. « 

(Anatolie)

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Artiste et lieu.. Théophile Gautier et son voyage en Algérie

Artiste et lieu.. Théophile Gautier et son voyage en Algérie

à Sfax, la jeunesse tunisienne soutient le coup de force du président

à Sfax, la jeunesse tunisienne soutient le coup de force du président