in

L’Egypte annonce son « plein soutien » aux décisions du président tunisien et les Nations unies renouvellent leur inquiétude et le syndicat appelle à accélérer la formation du gouvernement | L’actualité de la Tunisie

L'Egypte annonce son "plein soutien" aux décisions du président tunisien et les Nations unies renouvellent leur inquiétude et le syndicat appelle à accélérer la formation du gouvernement |  L'actualité de la Tunisie

Actuexpress.net Le 2021-08-03 19:15:00, L’Egypte annonce son « plein soutien » aux décisions du président tunisien et les Nations unies renouvellent leur inquiétude et le syndicat appelle à accélérer la formation du gouvernement | L’actualité de la Tunisie

08/03/2021-|dernière mise à jour : 08/03/202108:41 (La Mecque)

Aujourd’hui, mardi, l’Egypte a affirmé son « plein soutien » aux décisions prises par le président tunisien Kais Saied, en suspendant le parlement et en limogeant le Premier ministre.

Lors d’une visite en Tunisie du ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry, le ministre a déclaré avoir transmis un message du président égyptien Abdel Fattah El-Sisi à son homologue tunisien, ajoutant qu’il comprenait un soutien total à la réalisation de la volonté du peuple et des mesures prises. par Saeed pour parvenir à la stabilité et à la sécurité dans un cadre constitutionnel sain, comme il l’a dit.

Un communiqué de la présidence tunisienne a déclaré que Shoukry a transmis au chef de l’Etat les expressions de respect et d’appréciation de Sissi, et son soutien absolu aux mesures historiques prises par Saïd pour réaliser la volonté du peuple et assurer la stabilité de la Tunisie, selon la description de la déclaration.

Feuille de route

D’autre part, le secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail – Sami Tahiri – a déclaré que le syndicat ne présentera pas la feuille de route qu’il a formulée avant la formation du nouveau gouvernement, et a appelé à la nécessité d’accélérer la nomination des un nouveau premier ministre.

L’Union générale tient une réunion de son organe administratif afin de discuter d’une proposition de feuille de route préparée par des experts de l’Union, en vue de sa présentation au président tunisien Kais Saied.

La feuille de route vise à rétablir le cours normal des institutions de l’État après les mesures exceptionnelles prises par le Président, selon lesquelles il a gelé le Parlement et limogé le Premier ministre et un certain nombre de ministres.

Le syndicat n’a pas divulgué les détails de la proposition qu’il soumettra à Qais Saeed jusqu’à présent.

Secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail : Nous ne présenterons pas la feuille de route avant la formation du nouveau gouvernement (Al-Jazeera)

préoccupation internationale

D’autre part, une porte-parole du Bureau des droits de l’homme des Nations Unies – Marta Hurtado – a déclaré aux journalistes à Genève que la Haut-Commissaire Michelle Bachelet avait eu un appel téléphonique avec le ministre tunisien des Affaires étrangères Othman Al-Jarandi, et lui avait expliqué qu’elle « suivait le situation de près » et que son bureau « est là pour apporter son aide si (les Tunisiens) en font la demande ».

Hurtado a ajouté : « La situation est préoccupante et nous la suivons de près et nous connaissons les défis auxquels le pays est confronté. »

Elle a souligné que « ce que nous espérons, c’est que tous les progrès qui ont été réalisés au cours des dix dernières années en termes de réformes démocratiques soient préservés et qu’il n’y ait aucune régression », notant que la commission a un bureau dans le pays.

Al-Jarandi a relaté via Twitter ses entretiens d’une semaine avec ses homologues, le Français Jean-Yves Le Drian, l’Italien Luigi Di Maio, le Portugais Augusto Santos Silva et la Belge Sophie Willems, au cours desquels il a défendu les avantages des mesures prises. par Saeed, soulignant que « la démocratie et les libertés sont un choix irréversible ».

Déclaration et anticipation

Hier, lundi, un certain nombre d’intellectuels, d’universitaires, d’activistes civils et politiques tunisiens ont exprimé leur rejet catégorique de ce qu’ils ont qualifié de « coup d’État contre la constitution », et ont lancé un appel à l’opinion publique nationale et internationale appelant le président à mettre fin à la « mesures arbitraires extraordinaires » a-t-il annoncé, et pour revenir à la légitimité constitutionnelle, le Parlement a repris ses travaux.

Les auteurs du communiqué ont indiqué que le chapitre 80 de la Constitution n’autorise pas le Président de la République à prendre les mesures susmentionnées, et ils ont également exprimé leur profonde crainte des atteintes successives aux libertés individuelles, aux droits de l’homme et à la liberté des médias.

La rue attend la nomination d’un nouveau Premier ministre pour former le gouvernement, comme le député du Mouvement populaire, Heikal Al-Makki, a suggéré lundi que le nom du Premier ministre serait annoncé dans quelques heures, au plus tard d’ici la fin de le jour, mardi.

Des sources bien informées ont également suggéré que le président Saeed désignerait une personnalité économique à la tête du gouvernement, étant donné la grave crise économique que traverse le pays.

Plus de politique

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Le pays fait face à une sale guerre d'intrigues et de complots

Le pays fait face à une sale guerre d’intrigues et de complots

Bonne nouvelle – FMI : Décision d’accroissement du financement mondial, la Tunisie en bénéficiera

Bonne nouvelle – FMI : Décision d’augmentation du financement mondial, la Tunisie en bénéficiera