in

Les dramaturges tunisiens brillent dans le drame du Ramadan | Sabre ben Amer

Les dramaturges tunisiens brillent dans le drame du Ramadan |  Sabre ben Amer

Actuexpress Le 2021-06-06 18:15:08, Les dramaturges tunisiens brillent dans le drame du Ramadan | Sabre ben Amer

Tunisie – Le théâtre reste la première école pour la formation de l’exploit de l’acteur, et c’est la véritable usine à préparer une génération d’acteurs créatifs dans les différents médiums de représentation.Combien de grandes stars ont diverti les scènes sur grand et petit écrans semblables, et leurs débuts ont été à travers la scène.

Lors de la dernière saison dramatique tunisienne, un grand nombre d’acteurs de théâtre qui ont excellé et excellé dans leurs rôles à la télévision sont apparus, et se sont distingués des autres acteurs qui n’ont pas connu la course de la scène. Quel est le secret de leur distinction ? Est-il vrai ce que certains critiques disent que les acteurs de théâtre sont plus dignes, plus abondants et plus profonds dans leur performance à la télévision ? Ou est-ce une réputation dépassée transmise par les représentants de la génération actuelle ?

Excellence pour les « brûlures d’estomac »

Assaad Oueslati est allé au théâtre et en a tiré le meilleur de ses énergies d’acteur capable de colorer dans la performance.

Ici la question semble divisible par deux, tant il est honteux de digérer le mérite de certains talents d’acteur qui n’ont pas réellement expérimenté le théâtre au sens académique, mais ont pu, grâce au talent, et à l’accumulation d’expériences tant au cinéma qu’à la télévision, s’imposent comme des références représentatives de la scène dramatique tunisienne.

Nous avons dans la première génération de représentants autodidactes de l’État d’indépendance le plus grand exemple de cela, comme Jamila Al-Urabi, Dalanda Abdo, Al-Hattab Al-Deeb et bien d’autres. Puis d’autres noms, comme Samia Rahim , Sania Al-Mudedeb, la tuniso-grecque Helen Katzaras et d’autres, sont dévorées par la nouvelle génération, comme Hind Sabri, Sanaa Youssef, et Faryal Karaja et Ahmed Al-Andalusi, Muhammad Murad et Dhafer Al-Abidin.. la liste est longue au.

Néanmoins, la présence des gens de théâtre dans le drame tunisien reste d’un impact particulier et d’une résonance exceptionnelle pour le spectateur par leur distinction à incarner leurs rôles avec la logique du « mentir honnêtement ». travail sur l’arrière-plan de la personnalité, ses pulsions psychologiques, sa profondeur historique et sociale dans la proposition dramatique à provoquer, qui est ce que l’acteur de théâtre Riad Hamdi a montré cette année dans la série « Harqa » en incarnant le personnage du père endeuillé ». Majid » à son fils « Khaled », qui a chevauché les bateaux de la mort de l’autre côté de la Méditerranée à la recherche de vérification dans le faux paradis de l’Occident.

Hamdi, qui a été découvert par le public tunisien pendant le Ramadan 2019 à travers la série « Le Maestro » dans le rôle du geôlier « Tariq » le gracieux et miséricordieux envers les enfants de la prison pour mineurs (les moins de 18 ans), ne peut pas ont trouvé leur chemin dans le drame tunisien, témoin de tout ce succès, qui est Qui a choisi de travailler pendant des années dans le théâtre et le théâtre en tant que comédien et professeur (professeur d’université dans le domaine de la comédie), n’eut été de la foi de le réalisateur des deux œuvres « Maestro » et « Harga » Assaad Oueslati, avec ses cartes d’acteurs exceptionnelles d’une part, et avec leur projet dramatique, qu’ils veulent proche des Tunisiens et exprime leurs inquiétudes, d’autre part.

Hamdi est un acteur qui ressemble à tous les Tunisiens par l’apparence, les vêtements, les mouvements et la voix. Ses traits dans « Maestro » exprimaient la gentillesse sans fabrication, et exprimaient son ton, sa démarche et ses yeux égarés dans « Heartburn » à propos des brûlures d’estomac de chaque père tunisien qui a vécu l’expérience de la recherche acharnée d’un fils qui a préféré l’immigration irrégulière aux bateaux de la mort, et ce qu’il s’agit d’aventure et de dangers, à condition qu’il reste dans sa patrie un sans-abri sans travail qui garantit sa dignité et son humanité, alors le le père reste entre deux feux ; Un feu qui attend un coup de fil qui le rassure sur le plaisir de son foie, qui peut ne pas venir dans la plupart des cas, et un feu qui attend son cadavre sans vie, que la mer profère généralement sur les baies brisées des rêves.

Riad Hamdi, pour son rôle dans la série « Harqa », a remporté le prix du meilleur acteur de la série tunisienne Ramadan dans la sixième édition du concours « Ramadan Award » organisé par le magazine « Tunivision » en partenariat avec la radio publique jeunesse.

Non loin de la série « Harqa », la comédienne de théâtre Maryam Ben Hassan a su présenter un rôle complexe qui a attiré l’attention du téléspectateur tunisien, malgré son manque de présence dans les vingt épisodes de l’oeuvre, présentée à travers le rôle du prisonnier qui rejoint sa sœur cadette en Italie, de la même manière, c’est-à-dire en traversant subrepticement les frontières, Une performance tout en douceur qui allie maîtrise et éblouissement sans injures verbales.

La présence des dramaturges dans la dramaturgie tunisienne a une résonance particulière pour le spectateur par leur excellence à incarner leurs rôles avec la logique du « mentir sincèrement ».

Ses scènes en prison avec des détenues, ses multiples appels avec sa sœur lors de sa visite à la prison, sa pensée et sa défense pendant qu’elle est emprisonnée, qui n’a ni elle ni sa sœur d’astuce du fait qu’elle reste derrière les murs de la prison , jusqu’à la scène de sa sortie d’elle, qui a été marquée par une joie teintée de confusion, puis elle a rencontré sa sœur dans Le détenu italien et sa dispersion et son errance, autant de scènes que Ben Hassan a interprétées avec une finesse expressive basée sur les mouvements du visage en cohérence avec le rythme des mots, sans tomber dans l’amplification des mouvements et l’élévation de la voix habituellement adoptées en représentation théâtrale.

Ainsi, Ben Hassan est apparu aux côtés d’Oussama Kochkar, l’une des découvertes les plus importantes du drame Tunisie 2021, et parce que le public tunisien a connu Ben Hassan dans un rôle secondaire dans « Le Maestro » à travers le personnage du geôlier « Naila », « Harqa » a représenté la première apparition télévisée du dramaturge Oussama Kochkar, qui a présenté Dans c’est le rôle de « Al-Harraq » (la personne qui fait passer clandestinement des immigrants) « Ayyad », ce personnage problématique qui combine douceur et cruauté, amour et haine, soumission et audacieux jusqu’à ce que l’amour le fasse tomber de sa hauteur, ce qui met en évidence l’envers du rêveur dans des êtres humains marqués par la sévérité et la dureté. Mohdhib al-Rumaili).

Cette dernière, à son tour, a été oubliée, voire exclue de la fiction tunisienne, en raison des manquements aux yeux de certains réalisateurs de télévision, qui ne vont pas au théâtre et ne recherchent pas ses vedettes, ou craignent peut-être l’influence de leur sur eux, pour les dédommager de quelques stars, notamment les stars des sites de réseaux sociaux qui remplissent les pages des sites de réseaux sociaux. Facebook et Instagram sont fous et gâtés, et ils ne sont pas capables d’attirer l’attention d’un spectateur discret même pour un seul coup.

capacité de couleur

Waheeda Al-Daridi .. Une femme pleine de mal et de mal dans « Awlad Al-Ghoul »Waheeda Al-Daridi.. Une femme pleine de mal et de mal dans « Awlad Al-Ghoul »

Loin de « Harga », dont le metteur en scène croit apparemment aux capacités des acteurs de théâtre, et à ce qu’ils peuvent ajouter à tout travail dramatique sérieux, la série « Fondo » de Sawsan Al-Jimni a été célébrée avec les noms d’acteurs de théâtre vétérans qui ont présenté le en plus du travail en changeant leur peau de la comédie qu’ils avaient l’habitude de jouer dans de nombreuses sitcoms. Le comique tourne vers la tragédie, comme Kamal Al-Tawati dans le rôle de « Maruki » et Naima Al-Jani dans le rôle de « Khadija » ou « Yahya », injustement accusé d’avoir tué les garçons « Maryam », en particulier Raouf bin Omar, absent pendant plus de deux décennies du drame du Ramadan pour être sa présence dans le « Fondo ». Impressionnant, lui, avec son collègue Kamel Touati, a présenté une scène de référence en termes de performance et de finesse d’expression qui a redonné aux amateurs de théâtre tunisien leur éclat dans la comédie théâtrale « Kalam Al-Layl » dans les années 90, mais avec une présentation tragique inspirante.

Dans « Awlad al-Ghoul » du réalisateur Murad Bin Al-Sheikh, Helmy Al-Daridi, à travers son incarnation du rôle de « Haroun », a pu être fidèle à la nature du leadership et au caractère autoritaire dur avec des émotions étudiées, que ce soit avec des regards, des mouvements ou des tons de voix, surtout avec ses traits fixes pendant la convulsion et le calme, inspirés par les mécanismes de l’incarnation théâtrale La pantomime et l’introspection des pulsions intérieures du personnage qui cachent plus que révèlent son vocabulaire représentatif profond.

Dridi est avant tout comédien de théâtre.Il a commencé à jouer par le théâtre amateur à l’âge de dix-sept ans, puis a terminé ses études universitaires à l’Institut Supérieur d’Art Dramatique de Tunis, pour participer à de nombreuses pièces de théâtre, dont : « En attendant Godot » mis en scène par Al -Assad bin Abdullah et « Guernica » de Hassan Al-Moadhen et « Hostages » de feu Ezzedine Qanoun, avant qu’il ne se consacre dans la dernière décennie, après s’être installé en France, à participer à de nombreux films européens et américains.

La même chose s’applique à l’actrice de théâtre vétéran, Waheeda Al-Daridi, dans le rôle de « The Complete », cette femme est pleine de maux et de mal à tout le monde autour d’elle, à l’exception de son premier-né Aaron à présenter ensemble, et comme Ben Omar et Al-Touati dans « Fondo », plus qu’une scène de référence enseignée.

Quant à « Kan Ya Makanesh », la comédie fantastique, l’œuvre s’inscrivait dans la démarche de son metteur en scène Abdel Hamid Bushnak, l’un des éminents diplômés de l’école Tawfiq Al-Jabali, imprégné de théâtre, tant dans la manière dont sa mise en scène est similaire à la scénographie théâtrale, ou en termes de recours à des figures théâtrales dédiées, des vétérans et un jeune tiers, similaire à Abdel Hamid Qiyas dans le rôle de « Baqraj » et Fatima bin Saedan dans le rôle de « Mima » dans sa première apparition à la télévision, en passant par Jamal Madani dans le rôle de « Khaffash » et Hala Ayyad dans le rôle de « Reine Poisons » jusqu’à Aziz Al-Jabali dans le rôle du Prince « Bulgur », pour être  » Ya Makanche était le fruit du drame du Ramadan en Tunisie cette année. Pas déçu qui est allé au théâtre et a apporté le meilleur d’entre eux.

Naima Al-Jani a réussi à changer de peau en « fondue »Naima Al-Jani a réussi à changer de peau en « fondue »

What do you think?

19 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Delort : l'attaquant de Montpellier absent des matchs de l'Algérie contre la Mauritanie, le Mali et la Tunisie

Delort : l’attaquant de Montpellier absent des matchs de l’Algérie contre la Mauritanie, le Mali et la Tunisie

Handball-Tunisie : L’EST et le CA victorieux

Handball-Tunisie : L’EST et le CA victorieux