in

Les mines sont une richesse entravée par le climat de protestations exigeantes en Tunisie Khaled Hedawi

Les mines sont une richesse entravée par le climat de protestations exigeantes en Tunisie  Khaled Hedawi

Rédaction Le 2021-05-31 19:50:35, Les mines sont une richesse entravée par le climat de protestations exigeantes en Tunisie Khaled Hedawi

Tunisie – La communauté économique tunisienne a accru la pression sur les autorités et les autorités concernées pour réveiller les ressources minérales oubliées en raison de la négligence continue de ce secteur vital, qui pourrait soutenir le Trésor public avec des rendements importants en devises fortes s’il est exploité comme il se doit.

Les analystes estiment que le climat de protestations récurrentes et exigeantes dans de nombreux secteurs peut être une raison fondamentale pour ne pas profiter du secteur minier de la meilleure façon, et ils disent que les craintes dominent les investisseurs de les exposer à des difficultés telles que le secteur pétrolier auquel il était confronté quand il l’était. forcé de quitter le pays.

Les gouvernements successifs depuis 2011 n’ont pas réussi à pousser l’industrie minière, comme le zinc, l’or et l’argent, dans diverses régions du pays en raison de la faiblesse des mécanismes d’exploration et d’exploration, ainsi que de l’absence d’incitations financières et de l’incapacité du climat des affaires. attirer les investissements.

Le dossier des ressources naturelles est resté otage des rayons des bureaux des structures et ministères concernés, et les autorités n’ont pas pu payer d’investissement dans le secteur faute de capacités, de sorte que la richesse souterraine est restée négligée et oubliée, aggravée par la crise d’arrêt de production dans les champs pétrolifères et les mines de phosphate.

Imad Darwish: la Tunisie fonctionne toujours avec d'anciens mécanismes et n'a pas aidé au financement des entreprisesEmad Al-Darwish: La Tunisie travaille toujours avec d’anciens mécanismes et n’a pas aidé à financer les entreprises

Selon les données officielles, la capacité de production de la mine de Meknasi dans le gouvernorat de Sidi Bouzid (centre) est estimée à 600 000 tonnes par an, tandis que la capacité de production de la mine de Nefta varie entre 3 et 4 millions de tonnes par an.

Selon les chiffres officiels, le déficit de la balance énergétique de la Tunisie s’est élevé à environ 1,71 million de tonnes équivalent pétrole fin mai 2020, contre un déficit d’environ 2,09 millions de tonnes équivalent pétrole au cours de la même période de 2019, soit une augmentation de 18 pour cent.

Les experts en la matière ont critiqué la négligence continue de l’État à l’égard du secteur en raison de la complexité administrative et bancaire des investisseurs dans le domaine, ainsi que de se limiter aux mécanismes traditionnels de travail sans développement significatif.

«Le secteur minier est un secteur historique en Tunisie, qui a été un pionnier dans la découverte du plomb, du zinc et des phosphates, ainsi que dans la conversion des phosphates en acide phosphoreux», a déclaré l’expert international de l’énergie, Imad Darwish.

Il a ajouté dans une déclaration à «Al-Arab»: «Ce qui ne s’est pas produit en Tunisie, c’est le développement de mécanismes de travail, et le pays fonctionne avec d’anciens mécanismes, et aujourd’hui les sociétés minières ne sont pas aidées par des prêts bancaires et de l’aide.»

«J’avais précédemment suggéré de créer une bourse minière, de donner des opportunités aux investisseurs et d’intégrer certaines matières minérales dans la bourse. Toutes les industries évoluent dans le monde, et la Tunisie n’a pas suivi le rythme de ce changement et n’a pas incité les investisseurs à le faire. les mines et les encourager avec des prêts et des facilités », a-t-il dit.

Jusqu’à présent, la Tunisie semble incapable de résoudre la crise des phosphates et Al-Darwish y voit un message négatif adressé aux investisseurs étrangers. Par conséquent, les autorités ont besoin d’une révision radicale de leur stratégie afin de développer le secteur, d’accélérer le rythme des investissements en minéraux, et déplacer l’activité d’exploration et d’exploration.

La Tunisie exportait environ 80 pour cent de sa production vers plus de 20 marchés, le reste étant commercialisé localement. Cependant, les vagues de grèves et les demandes sociales croissantes de ces dernières années ont causé la perte d’un certain nombre de ses marchés étrangers.

La contribution du secteur des phosphates et des produits miniers avant 2011 était estimée à 9 pour cent du total des recettes d’exportation tunisiennes, selon les statistiques officielles.

Les observateurs ont lié la résolution de la crise à la nécessité de fournir un ensemble de soutiens et de capacités, en plus de la nécessité de consacrer des solutions radicales à la crise du dossier des phosphates dans le bassin minier du gouvernorat sud-ouest de Gafsa, qui a perturbé production et est bloqué depuis des années.

L’économiste Nader Haddad confirme que la Tunisie possède des richesses souterraines, des minéraux et des gisements de pétrole, mais en retour, il y a de grands obstacles, car l’entrée de sociétés d’exploration dans tout investissement nécessite des capacités et des études.

Dans une déclaration à Al-Arab, il a déclaré: « L’État n’exploite désormais pas les quantités de phosphates comme une richesse naturelle en premier lieu et la société d’État Gafsa Phosphate Company a coûté à l’État de grandes pertes matérielles en raison de l’approvisionnement. , après que la Tunisie était le deuxième producteur mondial de cette substance. « 

Nader Haddad: L'intervention des sociétés d'exploration et d'exploration nécessite des capacités et des étudesNader Haddad: L’intervention des sociétés d’exploration et d’exploration nécessite des capacités et des études

Malgré l’arsenal de législations accompagnant cette industrie, le secteur continue de souffrir d’une faible gouvernance et de l’absence de politiques capables de susciter des opportunités de fabrication et de valorisation des matières premières minières. Haddad estime qu’il est nécessaire d’introduire une nouvelle législation.

Malgré l’octroi de plusieurs licences ces dernières années dans les domaines de l’extraction du sel, du gypse, du phosphate et du carbonate de calcium, le secteur reste faible et oublié sans activation par l’Etat, qui est déjà incapable de résoudre le problème des phosphates.

On estime que le volume des investissements en exploration et exploration minière est passé de 400 millions de dollars en 2010 à 87 millions de dollars en 2017, en raison du manque de permis d’exploration entre les années 2014 et 2016.

Haddad estime que les mines doivent être exploitées et que le rythme de la production de phosphate et de l’exploration minérale doit revenir. «Il est inconcevable que la production ait cessé depuis des années et que cela entraîne de grandes pertes, similaires à l’arrêt de la production de pétrole dans le champ de Nawara au sud. du pays, qui a causé des pertes à l’État de 380 millions de dinars (139). Millions de dollars) « .

Il a souligné que l’État dispose des mécanismes juridiques pour le retour de la production, mais qu’il doit suivre le rythme du développement technologique et quitter le cercle de l’extraction de produits par des méthodes traditionnelles.

La Tunisie, qui était le troisième producteur de phosphates au monde avec une production de plus de 8 millions de tonnes en 2010, s’est transformée en importateur pour la première fois de son histoire, en raison de la perturbation de la production pour des raisons opérationnelles et des protestations exigeant des emplois.

À la fin de l’année dernière, un navire chargé de 16 500 tonnes de phosphate est arrivé au port de commerce de la ville sud-est de Gabès, en provenance du port algérien d’Annaba.

La station de pompage de pétrole d’El Kamour à Tataouine avait déjà été fermée en juillet 2020 dans le cadre d’un mouvement croissant de protestations de la jeunesse de la région réclamant leur droit au travail et au développement.

Les manifestants ont refusé de redémarrer la station sauf dans le cas de la mise en œuvre de toutes les dispositions de l’accord de Camor, qui a été signé avec le gouvernement de Youssef Chahed en juin 2017.

Abdel Wahab Agroud, président et directeur général du Complexe chimique tunisien, a annoncé, dans des déclarations précédentes, que le pays suivait un plan de fourniture de 500 000 tonnes en lots de phosphate, soit l’équivalent d’un mois de stock de consommation pour les unités de conversion du complexe.

What do you think?

22 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
L'OPEP parvient à un consensus pour prolonger les coupes pétrolières de trois mois, selon l'Algérie

L’OPEP parvient à un consensus pour prolonger les coupes pétrolières de trois mois, selon l’Algérie

en Tunisie, un féminicide ravive le débat sur les violences faites aux femmes

en Tunisie, un féminicide ravive le débat sur les violences faites aux femmes