in

Les prix de l’immobilier en Tunisie sont incontrôlables et les prêts aggravent la crise

Les prix de l'immobilier en Tunisie sont incontrôlables et les prêts aggravent la crise

Rédaction Le 2021-04-15 07:30:15, Les prix de l’immobilier en Tunisie sont incontrôlables et les prêts aggravent la crise

La pandémie Corona a réduit la capacité des Tunisiens à acheter des biens immobiliers (France Press)

Les prix de l’immobilier ne se sont pas calmés en Tunisie, malgré la récession qui contrôle les ventes, du fait de la baisse du pouvoir d’achat des citoyens, et de la transformation des crédits immobiliers en une lourde charge au vu du taux d’intérêt élevé, afin de contribuer à restreindre le marché plutôt qu’à le revitaliser.

Une étude publiée par la Chambre professionnelle des promoteurs immobiliers, vue par Al-Arabi Al-Jadeed, a révélé que les prix de l’immobilier ont augmenté de 86% au cours des dix dernières années, indiquant que les prix des logements ont bondi au cours des cinq dernières années de 46%, tandis que les prix des logements ont augmenté de 60% et des terrains. Préparé pour la construction de 41%.

L’étude réalisée par un bureau d’études au profit de la Chambre des promoteurs immobiliers a indiqué que les prix élevés résultant du coût élevé des prêts au logement sont parmi les principales causes de la récession immobilière, en raison de l’intérêt élevé des emprunteurs. prêts à taux d’intérêt, ainsi que la baisse de leur pouvoir d’achat due à l’inflation.

Elle a souligné que sortir le secteur de la récession nécessite principalement des solutions financières, qui consistent à réduire le coût des prêts au logement obtenus par les citoyens de 7% maximum, alors que le taux d’intérêt atteint actuellement 11%.

Les scénarios retenus dans l’étude ont montré que les ventes des promoteurs immobiliers pourraient augmenter de 43% si le taux d’intérêt des crédits à l’habitat était adopté de l’ordre de 3%, contre une augmentation des ventes de 31% si le taux d’intérêt était fixé à 5%.

Les prêts au logement obtenus par les Tunisiens représentent environ 46,9% du total des prêts bancaires accordés aux personnes entre 2017 et 2019, dont 2,5% sont des prêts entrés en phase de défaut et les propriétaires ne sont plus en mesure de rembourser, selon les données officielles émises par le Banque centrale.

Outre le coût élevé de l’immobilier et le coût élevé des prêts, de nombreux Tunisiens souffrent des excès des taxes imposées sur l’acquisition de logements, qui augmentent successivement et devraient atteindre 19% d’ici 2024 au titre de la performance. sur la valeur ajoutée, ainsi que les frais d’enregistrement immobilier.

Le chef de la Chambre professionnelle des promoteurs immobiliers, Fahmy Shaaban, a déclaré à Al-Arabi Al-Jadeed que les professionnels recherchent des solutions pour empêcher le secteur de sombrer dans une grave récession et la perte de plus de 500000 opportunités d’emploi offertes par le secteur.

Shaaban a confirmé que seuls environ 700 promoteurs immobiliers poursuivent leurs activités sur un total de 3180 promoteurs, la plupart d’entre eux ayant quitté le secteur en raison de l’incapacité de subir des pertes résultant de la faiblesse des ventes, notant que des professionnels se sont soumis à la Banque centrale. plusieurs propositions pour modifier les lois, réduire les taux d’intérêt appliqués aux prêts au logement et prolonger la période de remboursement, et réduire le pourcentage d’autofinancement (la valeur payée par le bénéficiaire du prêt) de 30% actuellement à 10%.

Shaaban a ajouté que les banques de tous les pays du monde ont abandonné les conditions injustes adoptées par les banques tunisiennes pour l’octroi de prêts au logement.

Et le secteur immobilier est entré dans un état de stagnation au cours des trois dernières années, alors que l’État a enregistré un boom de la construction au cours de la période 2004-2014, selon les chiffres contenus dans l’étude de la Chambre des promoteurs immobiliers, où 789 mille des maisons ont été établies, mais les ventes ont diminué entre 2017 et 2020.Il a accumulé un stock d’appartements invendables de l’ordre de 30000 appartements qui sont toujours à la recherche d’acheteurs.

Les banques tunisiennes adoptent 20 ans comme remboursement maximum des versements hypothécaires, la période de remboursement étant liée à l’âge de 60 ans au maximum, ce qui a fait augmenter la valeur des acomptes provisionnels de manière significative, tirée par la forte hausse des prix de l’immobilier.

Face à la baisse de la capacité d’un segment important de Tunisiens à acquérir un logement face aux répercussions négatives de la pandémie de coronavirus, le gouvernement a accordé, dans le cadre de la loi de finances pour l’année en cours, les salariés (travailleurs) qui souhaitent acquérir un logement grâce à un financement bancaire ou un contrat de vente d’usufruit, une réduction de l’impôt sur le revenu Obligations sur leur revenu total pour l’année 2021 de l’ordre de 100 dinars par mois (environ 37 $), à condition que les deux contrats d’acquisition du logement et le prêt ou la vente de la murabaha sont conclus au cours de l’année en cours.

Au cours des cinq dernières années, le total des prêts obtenus par les Tunisiens pour financer l’achat de logements est passé de 8,2 milliards de dinars en décembre 2015 à environ 11,4 milliards de dinars (4 milliards de dollars) en septembre 2020, selon les données de la banque centrale.

Selon des données récentes publiées par l’Institut national de la consommation, les familles endettées consacrent environ 43% de leur salaire au remboursement des dettes, et pour certaines familles, ce pourcentage peut atteindre 60%.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
علم الجزائر

L’Algérie condamne l’assassinat du chef des mouvements Azawadi au Mali

Tunisie: le nouveau patron de l'agence TAP contesté

Tunisie: le nouveau patron de l’agence TAP contesté