in

Les prix mondiaux élevés et le démantèlement des subventions aggravent la crise du vivant en Tunisie

Les prix mondiaux élevés et le démantèlement des subventions aggravent la crise du vivant en Tunisie

Actuexpress.net Le 2021-06-14 00:56:23, Les prix mondiaux élevés et le démantèlement des subventions aggravent la crise du vivant en Tunisie

D’une manifestation d’ingénieurs tunisiens réclamant de meilleurs salaires (Anatolie)

Les dépenses alimentaires mettent la pression sur le budget de la Tunisie, qui a commencé à démanteler les subventions, coïncidant avec une escalade mondiale des prix des matières premières, au milieu des avertissements sur les dangers de cela pour la sécurité alimentaire du pays et les possibilités de perdre le contrôle des prix élevés, ce qui alimente la situation sociale dans le pays qui connaît des troubles politiques et des protestations continues contre la dégradation des conditions de vie.

La plupart des besoins de la Tunisie en céréales et autres produits, y compris le sucre, le thé et l’huile végétale, sont tous soumis à l’influence de la bourse mondiale. Les données officielles sur le déficit de la balance commerciale alimentaire reflètent la chute de la Tunisie sous l’influence des cours mondiaux élevés, qui ont atteint 574,4 millions de dinars en avril dernier, contre 3,2 millions de dinars au cours de la même période en 2020, en raison d’une augmentation des prix des importations de céréales et d’une baisse dans les exportations d’huile d’olive.

Selon un récent rapport publié par l’Observatoire national de l’agriculture, le déficit enregistré est principalement dû au rythme des importations de céréales, qui ont augmenté de 20%, et les exportations d’huile d’olive ont diminué de 22,8%.

Les importations alimentaires ont constitué 11,9% du total des importations tunisiennes au cours de la période mentionnée. Et les avertissements des organisations agricoles sur les dangers de voir le pays perdre sa sécurité alimentaire et sa dépendance croissante vis-à-vis de l’extérieur se multiplient en raison de l’absence de politiques agricoles qui protègent les producteurs et maintiennent leur capacité à poursuivre la production.

Un membre de l’Organisation de l’agriculture et de la pêche, Mohamed Ragaibia, a déclaré dans une déclaration à Al-Araby Al-Jadeed que la dépendance alimentaire vis-à-vis des marchés étrangers ne cesse de s’intensifier, ce qui affecte directement l’équilibre alimentaire et les dépenses de l’État, notant que les autorités portent la responsabilité pour la perte du pays de son indépendance alimentaire.

Rajabiyeh a souligné qu’il devrait y avoir une feuille de route claire pour développer la production et atteindre l’autosuffisance en matières premières, y compris les céréales, les produits laitiers, la viande et les légumes, soulignant que les politiques du gouvernement visant à augmenter les prix du carburant et à ne pas protéger les systèmes agricoles conduiront à plus de frais.

Il a ajouté que la dépendance de la Tunisie vis-à-vis des importations alimentaires représente un soutien aux producteurs étrangers au détriment des agriculteurs et des producteurs locaux, qui ne trouvent pas un soutien suffisant de leur pays malgré leur capacité à assurer sa sécurité alimentaire.

En raison de l’augmentation des dépenses alimentaires et du coût élevé de l’aide, la Tunisie a commencé à démanteler le système d’aide global en augmentant les prix en échange de promesses de compensation financière pour les familles pauvres et à faible revenu, alors que les avertissements d’une explosion sociale ces politiques.

La plupart des Tunisiens souffrent d’une hausse des prix sans précédent, puisque le mois de mai dernier a enregistré une hausse des prix des légumes de 10,2%, du lait et ses dérivés, des œufs de 8,1% et des huiles végétales de 13,8%, selon les données publiées par l’Institut gouvernemental de la statistique.

Il y a quelques jours, le gouvernement a annoncé une augmentation de 40 % du prix du sucre destiné à l’usage familial et a approuvé d’autres augmentations touchant les tarifs gouvernementaux de transport et d’eau potable.

Le gouvernement d’Hisham al-Mashishi a entamé un plan progressif de démantèlement du système de subventions, dans le cadre des « réformes » économiques qu’il s’est engagé à mettre en œuvre dans une lettre d’intention qu’il a soumise au Fonds monétaire international afin d’obtenir un financement de 4 milliards de dollars.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Les autorités électorales algériennes répondent à la déclaration du mouvement Hamas concernant les tentatives de fraude

Les autorités électorales algériennes répondent à la déclaration du mouvement Hamas concernant les tentatives de fraude

« C’est Vous l’Expert » : La Tunisie, 27ème !