in

Les raisons de la paralysie de la Tunisie

Khadija Mohsen-Finan est docteure en sciences politiques et historienne, spécialiste du Maghreb.

Actuexpress Le 2021-03-19 16:51:06, Les raisons de la paralysie de la Tunisie

L’intérêt. Disons-le d’emblée: ce livre est sans doute l’un des plus complets qui soient pour comprendre la situation actuelle de la Tunisie. La jeune démocratie ne vit pas mieux au temps de Ben Ali. Au contraire, la crise du coronavirus a porté un coup sérieux à une économie qui vivait en partie du tourisme. Faute de réformes structurelles, il y a eu en 2020 sept fois plus de jeunes Tunisiens qu’en 2019 à quitter leur pays et à fuir le chômage endémique pour gagner l’Europe. Et pourtant, derrière ce tableau sombre, quel chemin parcouru depuis 2011! Des élections libres ont été organisées, une nouvelle Constitution garantissant la liberté d’expression a été adoptée, la liberté de conscience est acquise. Ces avancées, les Tunisiens aux prises avec leurs difficultés quotidiennes ont tendance à les occulter. L’auteure franco-tunisienne livre une analyse de l’intérieur tant qu’elle connaît les rouages ​​de ce pays. Pour elle, il faut chercher du côté des politiques, des arrangements entre partis, les raisons de la paralysie. La corruption ou l’extrême concentration des pouvoirs au sommet de l’État ne sont pas les seules causes. Les mentalités ont leur part de responsabilité.

Auteur. Docteure en sciences politiques et historienne, spécialiste du Maghreb, Khadija Mohsen-Finan enseigne à Paris-1 Panthéon-Sorbonne. Elle est l’auteure de nombreux articles et ouvrages et collabore à la revue en ligne Orient XXI.

«Tunisie, apprentissage de la démocratie», Khadija Mohsen-Finan, Editions Nouveau Monde, 240 pages 17,90 euros. En librairie.

What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
الأهلي يطمئن على معلول في رحلة تونس

Al-Ahly rassure Maaloul lors du voyage à Tunis

Eni dépose une demande de paiement de 11,8 millions d’euros pour régler une enquête pétrolière en République du Congo