in

Les Tunisiens brandissent le slogan « Digaj » contre Ghannouchi… Que signifie le terme ?

صورة من الاحتجاجات في العاصمة تونس

Actuexpress Le 2021-07-25 15:19:05, Les Tunisiens brandissent le slogan « Digaj » contre Ghannouchi… Que signifie le terme ?

Quand les gens se soulèvent, leurs gorges crient avec des slogans qui parlent leur langue et traduisent leur réalité, ce dont la Tunisie a été témoin aujourd’hui, dimanche.

C’est ce dont la Tunisie a été témoin aujourd’hui, dimanche, lorsque des milliers de personnes sont descendues dans les rues lors de rassemblements anti-Fraternité, scandant le slogan « Degaj » contre le régime d’« Ennahda ».

Et « Digaj » signifie dans le dialecte argotique « partir », un mot qui est entré dans la rue tunisienne pour la première fois depuis 10 ans, lorsque des manifestations ont éclaté pour exiger le renversement du régime du président Zine El Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011. .

Le même mot revient et balaie à nouveau la rue tunisienne, dirigeant son lien avec le sombre système des Frères musulmans, qui a plongé le pays dans le tunnel des crises économiques, sociales et sanitaires, un système que de nombreux observateurs considèrent comme faisant partie de l’organisation internationale de la Fraternité musulmane.

De Tunis à Sousse à l’est, en passant par Kairouan au nord, Tozeur au sud, et jusqu’à Sidi Bouzid au centre du pays, des foules de Tunisiens ont défilé en proclamant la Confrérie le 64e jour de la République.

Selon ce qu’a rapporté le correspondant d’Al-Ain News, des manifestants du gouvernorat de Tozeur ont pris d’assaut le siège du mouvement Ennahda, brisant son contenu et l’incendiant simultanément, et ils l’ont fait à Sousse, Kairouan et Sidi Bouzid.

Les incursions ont coïncidé avec plusieurs veillées organisées dans la plupart des gouvernorats du pays, dont Nabeul, Gafsa, Mahdia et El Kef, appelant au renversement du gouvernement de Hisham al-Mashishi, à la dissolution du parlement et au changement de système politique.

Alors que les manifestants appelaient au renversement du régime des Frères musulmans, qui préside le parlement actuel, et corrompent les articulations de l’État, ils scandaient des slogans contre le président du Parlement et le leader du mouvement Ennahda en Tunisie, Rached Ghannouchi. , exigeant qu’il soit tenu pour responsable et que tous ses alliés soient impliqués avec lui.

Parmi les revendications des manifestants figurait un changement de l’ensemble du système politique et de toutes les personnalités au pouvoir en Tunisie, à l’exception du chef de l’État, Kais Saied.

Aujourd’hui, des personnalités publiques en Tunisie ont critiqué les performances de la classe politique dirigeante, dirigée par le mouvement Ennahda et le Premier ministre

Et le mashshi a aussi « degaj »

Les manifestants n’ont pas exclu le Premier ministre tunisien Hicham Al-Mashishi également du mot « Digaj », car il a été blâmé pour l’échec de la gestion de la crise sanitaire dans le pays, après que le nombre de décès dus au virus Corona a dépassé 18 000 morts, un chiffre qui a poussé le président tunisien à critiquer vivement les performances de son premier ministre.

Qais Saeed avait indiqué dans son discours d’avant-hier, que les erreurs d’Al-Mashishi s’étaient multipliées dans la période récente et que les hésitations s’étaient accrues à la suite de l’entrée de certains lobbies pour gâcher un certain nombre de procédures.

Dans ce contexte, a-t-il ajouté : « Nous avons peut-être perdu la bataille, mais nous n’avons pas perdu la guerre, et nous n’accepterons pas la défaite. Nous ne sommes pas dans le champ de la compétition, nous sommes un seul pays et il n’y a pas de place pour les pays. au sein d’un État. La loi est la loi de l’État.

Il a souligné que la situation sanitaire en Tunisie est catastrophique, et qu’il s’agit de négliger le secteur de la santé publique.

Le président de la République a ordonné qu’un certain nombre d’options soient réexaminées après l’échec de la lutte contre la pandémie de Covid-19 et l’aggravation de la situation dans plusieurs domaines.

Il a souligné que « l’Etat tunisien est un et qu’il n’y a pas de place pour que les centres de pouvoir se disputent le contrôle ou le fassent exploser de l’intérieur ».

Il a exprimé son mécontentement face à la tentative d’exploiter cette crise à des fins politiques, déclarant : « La santé des citoyens n’est pas une marchandise qui est ballottée par des forces ou des groupes de pression, et ce n’est pas comme les actions dans des sociétés commerciales régies par les lois de l’offre et demande. » Dans une référence voilée à la Fraternité.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Algérie : l'adhésion d'Israël en tant qu'observateur à l'Union africaine n'affectera pas le soutien indéfectible à la cause palestinienne

Algérie : l’adhésion d’Israël en tant qu’observateur à l’Union africaine n’affectera pas le soutien indéfectible à la cause palestinienne

« Un exploit historique pour le sport tunisien », mais d'où sort Ahmed Hafnaoui, la nouvelle comète de la natation ?

« Un exploit historique pour le sport tunisien », mais d’où sort Ahmed Hafnaoui, la nouvelle comète de la natation ?