in

Nouvelles de l’Égypte | Dernières actualités / Retrait massif des entreprises énergétiques de Tunisie

Nouvelles de l'Égypte |  Dernières actualités / Retrait massif des entreprises énergétiques de Tunisie

Actuexpress.net Le 2021-05-07 03:38:51, Nouvelles de l’Égypte | Dernières actualités / Retrait massif des entreprises énergétiques de Tunisie

En Tunisie, le retrait des institutions actives dans le secteur de l’énergie s’intensifie après avoir rencontré un certain nombre d’obstacles dans le domaine de l’exploration et de l’exploitation des gisements de pétrole et de gaz, enregistrant une baisse du volume des investissements énergétiques d’environ 15% au cours du premier trimestre de cette année.
Les investissements pétroliers dans les champs tunisiens ne sont plus attractifs pour les entreprises énergétiques mondiales, qui se retirent constamment des champs tunisiens et liquident leurs activités, annonçant qu’elles quittent le pays et se contentent de poursuivre l’activité de vente et de transport de carburants et d’huiles, comme annoncé par la société «Shell» qui quitte la Tunisie seulement deux mois après l’annonce du géant italien de l’énergie Eni, liquide son activité dans le pays et la quitte définitivement.
Les experts du secteur de l’énergie s’accordent à dire que des raisons locales et régionales rendent la Tunisie moins attractive pour les grandes entreprises énergétiques, qui ont modifié leurs stratégies d’investissement et commerciales en orientant leurs explorations vers les domaines les plus rentables.
Depuis 2011, le chemin du retrait des entreprises énergétiques du pays a commencé, mais il s’est intensifié depuis 2018 après que les entreprises aient fixé le point final de leur cours d’activité, y compris Shell, qui a annoncé lundi dernier la fin officielle de ses activités en Tunisie dans les domaines. de pétrole et de gaz dans le champ offshore de Miskar, dont le contrat d’exploitation prend officiellement fin. L’année 2022.
Mescar est un champ de gaz naturel situé dans le golfe de Gabès en Tunisie. Il a été découvert en 1975 et est entré en exploitation en 2006 par extraction de gaz naturel et de gaz naturel condensé. Il est exploité par la société britannique du groupe « BG » avant de vendre son actifs en 2015 à «Shell».
La réserve totale prouvée du champ de Meskar est estimée à 1,5 billion de mètres cubes et sa production quotidienne est estimée à 200 millions de mètres cubes.

L’expert du secteur de l’énergie, Hamed El-Matri, a déclaré que «Shell» avait précédemment annoncé son départ définitif de Tunisie en 2015, avant de revenir après avoir racheté les actions du britannique «BG» dans les champs de Miskar et Hasdrubal, qui produisent du gaz. , notant que la plupart des sociétés d’exploration ont quitté la Tunisie et de là, le norvégien Avi, le britannique BG, le britannique Petrofac, l’américain Andarco et l’espagnol Repsol.
Al-Matri a confirmé dans une déclaration à Al-Arabi Al-Jadeed que la Tunisie a perdu une partie importante de l’activité d’exploration énergétique après avoir quitté les institutions qui n’ont plus le désir de poursuivre leurs activités dans le pays en raison du faible rendement de la domaines, des complications administratives et un climat social difficile et répugnant pour les investisseurs, selon lui.
L’expert en énergie a ajouté que les entreprises actives dans le domaine de l’exploration réalisent des investissements majeurs dans l’économie tunisienne et ont besoin d’années pour commencer à exploiter les gisements, mais qu’elles font face à des obstacles majeurs pour obtenir des licences ainsi que pour saisir leur équipement par des demandeurs d’emploi des environs. des champs.
El-Materi a estimé que d’autres pays à proximité de la Tunisie donnent aux entreprises énergétiques d’importantes incitations à l’investissement qui les rendent plus attractives pour les grandes entreprises énergétiques qui parient actuellement sur la Libye après la stabilité du pays, ce qui réduit le classement de la Tunisie dans les priorités de ces entreprises.

En l’espace de deux mois, de grandes sociétés d’investissement dans le secteur de l’énergie ont annoncé leur retrait de Tunisie. La fin des activités de Shell dans le secteur des hydrocarbures est la deuxième du genre après la société italienne Eni, qui a annoncé fin mars qu’elle partirait définitivement et céderait ses actifs à liquidation.
En mars dernier, Reuters citait des sources disant que «Shell» avait utilisé la banque d’investissement «Rothschild & Co.» pour vendre ses actifs tunisiens, qui comprennent deux champs de gaz offshore et une installation de production à terre, alors que la société d’énergie autrichienne OMV le souhaite. a également vendu ce qui restait dans son portefeuille pétrolier et gazier en Tunisie, après avoir progressivement réduit sa présence dans le pays.
Cependant, le directeur des carburants au ministère de l’Industrie, Rachid Ben Dali, a déclaré que la société Royal Dutch Shell n’a pas complètement quitté la Tunisie et poursuivra son activité de distribution et de transport de carburants et de vente d’essence et d’huiles portant sa marque, notant que modifier le plan d’investissement de l’entreprise est l’une des principales raisons de départ.
Dans une déclaration à Al-Araby Al-Jadeed, il a expliqué que Shell avait l’intention d’investir dans les énergies alternatives et non polluantes, un changement dans lequel les principales institutions pétrolières mondiales ont été impliquées dans l’économie verte, niant que la situation économique et politique de la Tunisie est une raison pour quitter l’établissement et liquider ses activités.
Le secteur de l’énergie affecte directement le portefeuille d’investissements étrangers tunisiens, qui a enregistré une baisse record conformément aux intentions déclarées dans ce domaine au cours du premier trimestre de cette année, qui a diminué de 31,6% par rapport à la même période l’an dernier.
Les données officielles publiées par l’Agence pour la promotion des investissements étrangers ont révélé que les investissements étrangers au cours du premier trimestre de cette année sont tombés à 344,6 millions de dinars (un dollar = 2,73 dinars), soit environ 126 millions de dollars contre 503,6 millions de dinars au cours de la même période. l’année dernière.

Le: 05-07-2021 Lire l’actualité de la source

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
الصورة:

Prix ​​de la Méditerranée française pour le romancier algérien Boualem Sansal – Pensée et art – Culture

Le FMI se tient

Le FMI se tient  » prêt  » à aider la Tunisie