in

Quand la crise du Corona virus relance le commerce parallèle de concentrateurs d’oxygène en Tunisie

La Tunisie enregistre le plus grand nombre de décès quotidiens dus au virus Corona

Actuexpress Le 2021-07-21 15:02:01, Quand la crise du Corona virus relance le commerce parallèle de concentrateurs d’oxygène en Tunisie

Avec l’aggravation de la crise sanitaire due à la propagation de l’épidémie de Covid-19 en Tunisie, les patients, qui se comptent par milliers, souffrent d’une pénurie de concentrateurs d’oxygène, ce qui a ouvert l’appétit des exploiteurs du secteur de la santé pour vendre ou les louer à des prix élevés et à des commerçants du marché parallèle pour les faire venir des pays voisins et les vendre à des prix fantastiques sans respecter le cahier des charges Médical, ainsi que la promotion de matériel sans garantie, suivi ou réparation. Un phénomène dont le professeur Tarek Belhaj Mohamed, professeur de sociologie a déclaré à France 24, que « dans chaque crise, guerre ou catastrophe, il y a des bénéficiaires qui manquent de scrupule humanitaire, pour que la vie et la douleur des gens deviennent un business rentable pour eux ».

« Je fais ce métier depuis 2019 » avant la pandémieAujourd’hui, à mesure que le besoin de respirateurs augmentait, la demande pour eux augmentait, et comme le secteur n’est pas organisé par les autorités, le chaos régnait. » D’une voix étouffée dominée par le désespoir, Sami – un pseudonyme – qui est propriétaire d’une entreprise qui loue des ventilateurs, qui a refusé de révéler son identité, a déclaré dans un communiqué France 24.

Parlant du chaos, Sami fait référence à la vente aléatoire et aux prix élevés pour l’obtention de concentrateurs d’oxygène à la lumière de la forte demande de ceux infectés par le virus Corona, et les machines fabriquées en Chine et en Turquie ont balayé le marché qui est entré dans le pays en parallèle. commerce à travers l’Algérie et la Libye, dont beaucoup ne répondent pas aux spécifications médicales nationales.Selon Ayman – un pseudonyme – propriétaire d’une entreprise qui vend du matériel médical en gros.

La Tunisie connaît la vague d’épidémie la plus sévère depuis mars 2020, et les hôpitaux comptent actuellement environ cinq mille patients, dont 680 dans les services de réanimation.

Le pays a enregistré un taux quotidien d’environ 145 décès au cours de la semaine dernière, et le nombre total de personnes infectées par le virus a atteint 546 233, tandis que plus de 16 500 sont décédées, selon le ministère de la Santé.

Les hôpitaux publics se sont plaints de manquer d’oxygène ces derniers jours. Et le Premier ministre Hisham Meshishi a décidé d’exploiter tous les établissements de santé, y compris privés, dans neuf États (sur 24) pour accueillir un certain nombre de patients dans les hôpitaux publics, qui sont connus pour être gravement déficients en oxygène.

Pour en savoir plus : Reportage – La crise du Corona Virus en Tunisie… Les hôpitaux publics sont impuissants et les hôpitaux privés sont incapables de réagir rapidement

Et la présidence du gouvernement a confirmé dimanche dans un communiqué qu' »aucune interruption d’oxygène n’a été enregistrée pour tous les établissements de santé à travers le pays ».

Le ministre de la Santé Fawzi al-Mahdi a expliqué dimanche lors d’une conférence de presse que la crise de l’oxygène était causée par une augmentation significative du nombre de patients, ajoutant : « Nous sommes passés de la consommation de 25 000 litres d’oxygène avant la pandémie à 230 000 litres maintenant. « 

Al-Mahdi a nié l’effondrement du système de santé dans son pays, déclarant : « Nous n’avons pas enregistré de pertes humaines résultant de la pénurie (d’oxygène), et nous avons pu contrôler la situation, et c’est une victoire sur l’épidémie à le temps présent. »

La Tunisie a reçu de nombreuses aides médicales des pays arabes et européens pour faire face à la pire crise épidémique, notamment des machines à oxygène, des vaccins et des hôpitaux de campagne.

Sami a ajouté : « En tant qu’entreprise spécialisée, nous avons des techniciens qui vont chez le patient à son domicile, où ils installent la machine et l’ajustent en fonction des besoins du patient. Nous assurons le suivi à distance de son médecin privé, et nous restons à sa disposition tout au long des vingt-quatre heures. Le patient peut avoir besoin de nous ou nous appeler à tout moment de la journée. Aujourd’hui.. ».

Il a poursuivi : « Quant à aujourd’hui, les fournisseurs aléatoires de ces machines vendent les machines sans assurer de suivi, et l’acheteur doit agir seul.

Malheureusement, celui qui n’a pas d’argent dans ce pays ne peut pas vivre… »

Sami a poursuivi: « C’est sur le plan technique, sans parler des prix. Nous, en tant qu’entreprise médicale spécialisée, louons un concentrateur d’oxygène de 5 litres, par exemple, pour 140 dinars par semaine, au maximum, avec tout l’accompagnement services, mais il y a des entreprises qui ont profité de la situation aujourd’hui pour louer des machines à des prix élevés, atteignant jusqu’à 700 dinars en Bien sûr, les proches des patients, et au vu du manque de machines dû à la forte demande, ils sont obligés d’accepter ces prix pour sauver la vie de leurs proches.

Cela a été confirmé par Hassan El-Mokadam, un citoyen tunisien qui a raconté à France 24 son expérience après que son père a été infecté par le virus et le Corona, et il a expliqué : « En février dernier, nous lui avons loué une machine pour 180 dinars par semaine, mais avec la dernière vague les prix sont montés à 700 dinars. »

Un document prouvant que le père d'Hassan, Al-Muqaddam, a réussi à louer un concentrateur d'oxygène pour 180 dinars pendant une semaine en février, avant que les prix n'atteignent aujourd'hui 700 dinars.
Un document prouvant que le père d’Hassan Al-Mokadam a réussi à louer un concentrateur d’oxygène pour 180 dinars pendant une semaine en février, avant que les prix n’atteignent aujourd’hui 700 dinars © Sabra Al-Mansir – France 24

Nadera est aussi une femme dont le mari est aux prises avec l’épidémie de Covid-19 et souffre d’une baisse du taux d’oxygène lorsqu’elle a témoigné à France 24 en déclarant : « J’ai beaucoup cherché un concentrateur d’oxygène, heureusement j’ai enfin trouvé un 10 litres. machine à louer, je paie 200 dinars pour dix jours, avec un chèque de garantie de 1000 dinars, malheureusement de Il n’a pas d’argent dans ce pays, il ne peut pas vivre… »

Et elle a poursuivi : « J’ai beaucoup cherché pour trouver ce prix. Le prix d’achat d’un concentrateur d’oxygène de 10 litres variait entre 6 et 7 mille dinars, et 3200 pour 5 litres, et le prix de location a atteint 1400 pour seulement deux semaines.. . ».

Il est à noter que le salaire minimum garanti en Tunisie ne dépasse pas 429 dinars, alors que la Caisse nationale d’assurance maladie ne couvre qu’un plafond de 200 dinars par mois pour un concentrateur d’oxygène.

« Nous sommes des entreprises reconnues par l’État et conventionnées avec la Caisse nationale d’assurance maladie. Il y a des entreprises comme nous qui ont abandonné leurs patients qui souffrent de maladies chroniques et qui ont besoin de respirateurs au profit des patients Covid-19 car cela a plus de bénéfices « , a expliqué Sami.

Sur les réseaux sociaux, les appels aux appareils à oxygène se sont intensifiés et des groupes de coopération ont été créés.

Appels de détresse à la recherche de concentrateurs d’oxygène en Tunisie

scope.counterText

scope.legend © scope.credits

scope.counterText

je

portée.légende

© scope.credits

Ayman – un pseudonyme – propriétaire d’une entreprise qui vend du matériel médical en gros, a déclaré dans un communiqué à France 24, sous couvert d’anonymat : « Ce qui se passe aujourd’hui a nui à notre réputation en tant que fournisseurs, et il existe une confusion entre nous et les fournisseurs par Commerce. »

Ayman a expliqué: « Avant la pandémie, c’est-à-dire il y a environ 3 ans, nous vendions le concentrateur d’oxygène 5L pour 1900 à des sociétés médicales spécialisées, et nous l’amenions par fret maritime, mais aujourd’hui avec l’augmentation de la demande mondiale, et les prix élevés au niveau mondial, et en plus de l’urgence du besoin, nous apportons des équipements Par fret aérien, ce qui a fait augmenter les coûts, atteignant les prix depuis mars dernier à 2500, tandis que les prix des équipements de contrebande ont atteint 3500 et bien plus depuis avril dernier », appelant les autorités à intervenir et à réglementer le secteur des contrebandiers et des fournisseurs illégaux.

Le président de l’Association caritative de Sfax, Thabet Sharaf El-Din, a confirmé à France 24 la hausse significative des prix des concentrateurs d’oxygène ces derniers temps.

scope.counterText

scope.legend © scope.credits

scope.counterText

je

portée.légende

© scope.credits

« A ces prix, nous offrons une garantie de trois ans et nous nous chargeons de le réparer s’il tombe en panne, en plus du fait que nous n’apportons que du matériel répondant aux spécifications médicales en Tunisie », a déclaré Ayman.

« Ce sont des marchands de guerre qui ont profité de la situation épidémique pour des profits financiers. »

Quant aux équipements qui inondent le marché aujourd’hui au vu de la crise sanitaire, selon Ayman, « ils sont entrés sur le territoire tunisien par le biais du commerce parallèle, en provenance de Chine et de Turquie, passés en contrebande par l’Algérie qui ne répondent pas aux spécifications médicales nationales, et peuvent être facilement identifiable car il porte des autocollants écrits en arabe, car l’Algérie impose l’écriture en arabe. » Sur les matériaux importés, ce qui n’est pas le cas en Tunisie », et leurs vendeurs, selon Ayman, « n’assurent bien entendu aucun suivi technique. -up, réparation ou garantie pour leurs acheteurs, et c’est dangereux… ».

A noter que les frontières terrestres algériennes sont fermées depuis plus d’un an en raison de la propagation du virus Corona. Dans une déclaration à France 24, Burhan Al Yahyaoui, correspondant de la radio privée Mosaïque FM de Kasserine, centre-ouest, et de la frontière avec l’Algérie a confirmé : « La contrebande n’a pas cessé par le voisin malgré la fermeture des frontières, car la contrebande s’effectue par des routes désignées pour la contrebande.

Un concentrateur d'oxygène, vraisemblablement issu du marché parallèle, a été introduit dans le pays via l'Algérie
Un concentrateur d’oxygène, probablement du marché parallèle, a été introduit dans le pays via l’Algérie © Sabra El-Mansir – France 24

Comme la société d’Ayman fournit des services de réparation, il possédait une machine qui, selon lui, était passée en contrebande à travers l’Algérie, dont le propriétaire la lui a apportée après qu’elle soit tombée en panne lors de la première utilisation. Il l’a acquise pour environ 6 mille dinars auprès d’un revendeur parallèle.

Dans une déclaration à France 24, Mohamed El Wargui a évoqué l’expérience de son association, El Mourouj City, et El Mourouj est une banlieue de Tunis, pour acheter des concentrateurs d’oxygène et a déclaré : « Nous avons lancé une campagne pour récolter des fonds pour acheter des concentrateurs d’oxygène pour aider les malades du Covid-19 dans notre ville… La campagne a réussi et les habitants ont fait un don d’environ 16 mille dinars. Lorsque nous avons voulu acheter les machines, nous avons trouvé les prix très élevés, oscillant entre 4800 et 5900 dinars. »

Al-Wargi a poursuivi : « Cela s’ajoute au fait que ces prestataires veulent des paiements en espèces, et ils refusent même le virement bancaire, même s’il est instantané… Quelqu’un m’a dit : soit vous me payez immédiatement, soit je vends à d’autres. , et bien sûr nous, en tant qu’association, préférons le virement bancaire dans un souci de transparence financière. »

Al-Wargi a ajouté : « Ce sont des marchands de guerre, qui ont profité de la situation épidémique pour des profits financiers, la plupart d’entre eux sont issus du commerce parallèle, des machines chinoises, ils les font passer par l’Algérie et la Libye, nous faisons de l’humanitaire, et cela est quelque chose qui ne les concerne pas du tout, ils ne se soucient que du profit financier. »

« Dans chaque crise, guerre ou catastrophe, il y a des bénéficiaires. »

Le professeur de sociologie, Tariq Belhaj Muhammad Qayyim al-Dhahirah, a expliqué à France 24, « La montée folle des appareils à oxygène a révélé une crise complexe en Tunisie : une crise d’approvisionnement, une crise des valeurs, une crise de gouvernance, et une mauvaise gestion de la crise parmi les décideurs.

Il a déclaré: « La demande croissante d’oxygène et de ses sources en raison du nombre élevé de personnes infectées, que ce soit pour la consommation individuelle des ménages ou pour la consommation médicale dans les hôpitaux et les cliniques privées, en a fait un « bien » rare soumis au principe d’approvisionnement. et la demande… On sait que dans la loi du marché, chaque fois que la rareté d’un produit particulier augmente, sauf que la demande augmente et que son prix augmente. »

Belhaj Muhammad a poursuivi : « Cette ascension est aussi le résultat d’une crise des valeurs et de la morale. Dans chaque crise, guerre ou catastrophe, il y a des bénéficiaires qui perdent leurs scrupules humains, et la vie et la douleur des gens deviennent une entreprise rentable pour eux. , car ils ignorent toutes les valeurs afin de spéculer et de récolter autant de bénéfices que possible jusqu’au Au détriment de la vie, des poches et de la douleur des gens. »

Il a ajouté : « Lorsque les scrupules nationaux, humanitaires et moraux sont absents, une classe et une classe de riches de guerre qui exploitent les crises pour accumuler et accumuler des richesses par le biais du monopole et exploitent le besoin du peuple de mener des opérations spéculatives avec les biens requis. à la surface dans la forme et le prix qu’ils imposent, même si cela se fait au détriment de la santé et de la vie des gens.

Selon Belhaj Muhammad, le phénomène est « une sorte de crime organisé et d’exploitation scandaleuse du besoin des gens pour une marchandise spécifique. L’image simple semble comme si nous parlions de gangsters selon l’image stéréotypée fermement établie dans nos esprits, mais la réalité de la question en Tunisie est que les entreprises et les cliniques et dans d’autres cas, les hommes d’affaires et les politiciens le font. » .

Sabra Al-Mansir – Déléguée à France 24 en Tunisie

What do you think?

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Sunday Igboho

Igboho : Comment la République du Bénin a demandé l’extradition de l’ex-ministre en 2019

L’Agence japonaise de coopération internationale aide la Tunisie pour faire face à la rareté de l’eau

L’Agence japonaise de coopération internationale aide la Tunisie pour faire face à la rareté de l’eau