in

Quels sont les scénarios de la «bataille» de la Cour constitutionnelle en Tunisie? (Tirage vidéo) – Erm News

Quels sont les scénarios de la «bataille» de la Cour constitutionnelle en Tunisie?  (Tirage vidéo) - Erm News

Actuexpress.net Le 2021-04-06 10:35:00, Quels sont les scénarios de la «bataille» de la Cour constitutionnelle en Tunisie? (Tirage vidéo) – Erm News

Publié le 6 avril 2021 à 8h35 GMT

Date de mise à jour: 06 avril 2021 9:00 GMT

La controverse s’intensifie en Tunisie sur les scénarios de crise concernant la Cour constitutionnelle, après que le président tunisien, Qais Saeed, a refusé de modifier la loi de la Cour constitutionnelle et a confirmé qu’elle ne pouvait plus être formée après le délai d’un an spécifié dans la constitution. Ce qui annonce une crise constitutionnelle sans précédent, selon les observateurs.

Le parlementaire tunisien, au nom du Parti du mouvement populaire, Khaled al-Kuraishi, a déclaré que la session qui sera consacrée à l’élection d’un tiers des membres de la Cour constitutionnelle au Parlement, jeudi, sera l’adoption de l’ancienne loi du rechercher.

Dans des déclarations à « Erm News », al-Kuraishi a suggéré que le Parlement ne serait pas en mesure d’achever l’élection de 3 membres dans la composition de la Cour constitutionnelle, en raison de l’absence de consensus concernant les candidats.

Le chef du bloc « Vive la Tunisie », Mustafa bin Ahmed, a déclaré dans des déclarations à « Erm News » que la voie de la mise en place de la Cour constitutionnelle était entrée dans un dilemme sans précédent. Parce que le discours du président sur le dépassement de la date limite de l’année suppose la nécessité de modifier la constitution, à un moment où la modification de la constitution nécessite la présence d’une cour constitutionnelle.

Un certain nombre de députés ont estimé que le président tunisien avait exercé son droit constitutionnel de rejeter la loi modifiant la loi fondamentale de la Cour constitutionnelle du Parlement.

Le parlementaire Khaled al-Kuraishi a déclaré que le président tunisien a exercé son droit naturel, et on ne peut pas dire qu’il a rejeté la loi.

Dans sa déclaration à «Erm News», le député du Courant démocratique, Ziyad Al-Ghannai, a estimé que le chef de l’Etat avait exercé ses pouvoirs en renvoyant la loi au parlement, ajoutant que toutes les institutions gouvernementales étaient concernées par la formation de la Cour constitutionnelle.

Mohsen Al-Arfaoui, un parlementaire affilié au Mouvement populaire, a attribué le refus du président de signer la loi sur la Cour constitutionnelle à «la conviction du président tunisien qu’il y a des efforts politiques pour dominer la Cour constitutionnelle».

S’agissant des solutions proposées pour sortir de la crise de la Cour constitutionnelle, le parlementaire Khaled Al-Kuraishi estime que s’en occuper ne peut être légal qu’en re-votant la loi à la majorité des trois cinquièmes des représentants (131 députés ).

D’autre part, le chef du bloc représentatif du parti «Vive la Tunisie» a affirmé qu’il n’y avait pas de solutions claires pour surmonter la crise de la mise en place de la Cour constitutionnelle, appelant à une réflexion commune entre les politiciens pour trouver des solutions pour surmonter le dilemme.

Le parlementaire Mohsen Al-Arfaoui a estimé que le dilemme de la Cour constitutionnelle pourrait être résolu par le dialogue national, qui est une occasion appropriée de discuter du consensus concernant les nominations de la Cour constitutionnelle et de régler les différends à son sujet, comme il l’a dit.

What do you think?

13 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Pays en panne - Que dit la pénurie de voitures sur l'Algérie |  Moyen-Orient et Afrique

Pays en panne – Que dit la pénurie de voitures sur l’Algérie | Moyen-Orient et Afrique

AtlasInfo

Depuis Tunis, le PAM lance une initiative pour un dialogue entre les partis maghrébins