in

Regarder: Sebkha El Sigoumi est un écosystème menacé au cœur de la capitale, Tunis

Regarder: Sebkha El Sigoumi est un écosystème menacé au cœur de la capitale, Tunis

Actuexpress Le 2021-03-30 19:39:29, Regarder: Sebkha El Sigoumi est un écosystème menacé au cœur de la capitale, Tunis

Un troupeau de canards migrateurs nage dans la Sebkha al-Sigumi en Tunisie et se nourrit avec les ordures ménagères, à proximité d’un égout dans un site classé qu’un grand nombre d’amoureux de la nature dénoncent pour ne pas le protéger de la pollution et de l’urbanisation croissante qui l’entoure.

Le sigumi sabkha est considéré comme l’une des zones humides les plus importantes de Tunisie, et la pollution et les inondations constituent une menace pour les oiseaux migrateurs qui les habitent en hiver.

Hamdi (31 ans), un habitant de Sidi Hussein, qui borde le lac, dit: « Ce serait bien si vous prépariez le sabkha et rendiez la vue plus belle et débarrassiez-vous de la saleté et du problème de l’eau de pluie. »

Le lac représente un réservoir d’eau de pluie provenant des crues saisonnières et est classé comme une richesse naturelle importante et un refuge pour de nombreux types d’oiseaux migrateurs qui arrivent en Tunisie en hiver pour la nidification et la reproduction, tels que les flamants roses, les canards et autres oiseaux. Mais malgré la beauté du site, il n’attire pas les Tunisiens, qui le considèrent comme une tache noire en raison de la pollution qui l’entoure, et il est devenu plutôt une «décharge».

Le gouvernement cherche à faire quelques travaux sur place, notamment la mise en partie du ciment, ce qui soulève l’inquiétude d’une association environnementale qui craint de ne pas prendre en compte le système d’adaptation des oiseaux migrateurs qui prennent le site comme lieu de reproduction.

Le sigumi sabkha s’étend sur 2 600 hectares. Il atteignait autrefois une superficie de 3 500 hectares, mais il a diminué en raison de l’accumulation de restes de construction et de remblayage et en raison de l’expansion urbaine et de l’expansion des quartiers adjacents.

50% de la population de la capitale

La forte densité de population est concentrée autour des rives du lac, où réside environ 50% de la population totale de la capitale, avec un taux de 2 800 habitants au kilomètre carré.

Le lac est divisé en deux parties: sa partie nord est entassée de tas de déchets solides et d’essaims de moustiques qui empêchent quiconque de rester longtemps dans les lieux, tandis que la moitié sud conserve encore son caractère naturel, et où le flamant rose sépare ses ailes roses en groupes et ajoute de la beauté à l’endroit.

Le lac n’est plus en mesure d’absorber toute l’eau de pluie en raison du niveau élevé de sédiments, ainsi que des matériaux solides qui y ont été déversés au hasard depuis 2009, et il a atteint 1,8 million de mètres cubes, selon des études préliminaires du gouvernement.

Environ 223 cours d’eau, la plupart sans surveillance, domestiques et industriels, se jettent dans le sabkha. Aux côtés de ses banques se trouvent des collecteurs de ferraille contenant des millions de tonnes de châssis de voitures et de camions et les restes d’appareils ménagers. Des couples de canards peuvent être vus nager et se nourrir d’excréments près d’un corps de réfrigérateur qui rouille.

«En hiver, tous ces quartiers sont inondés d’eau de pluie, la vie est perturbée, et même les écoles ferment», a déclaré Hamdi, un commerçant de la région de Sidi Hussein qui borde le lac et où la population est élevée. Quant aux moustiques en été, «alors faites-le».

Eman Al-Rayes, expert au bureau nord-africain du World Wide Fund for Nature, affirme que le sabkha «protège la population des inondations, mais lorsque nous construisons au hasard autour d’elle, cela se transforme en une menace pour la population, car le les eaux de crue ne trouveront aucun chemin pour atteindre le marais. « 

Face à la dégradation de la situation environnementale du site, le gouvernement tunisien a commencé en 2015 à préparer une étude du lac pour le protéger de la pollution, restructurer les canaux de collecte des eaux pluviales, le purifier, et bénéficier économiquement du site en préparer les zones pour la construction.

Le projet, que l’Etat recherche avec un financement supérieur à 150 millions de dollars pour achever, « sauvera les poumons de la capitale et la préservera de manière durable », selon Nadia Koueider, responsable du projet de rénovation au ministère de l’Equipement.

Mais les amoureux des oiseaux objectent.

Trois d’entre eux inspectaient le sabkha, portaient leurs jumelles sur leurs épaules et descendaient une rampe près d’un observatoire en bois qu’ils avaient construit sur les rives du lac pour observer le nombre de flamants roses et les divers oiseaux venus du nord de la Méditerranée en recherche de nourriture et de sécurité.

Ils notent que le site a été désigné «Ramsar» en 2007, qui est un traité international pour la conservation et l’utilisation durable des zones humides.

« Nous ne nous impliquerons pas, nous perdrons. »

Le coordinateur scientifique de l’Association « Bird Lovers », Hisham Azfazf, a confirmé à l’AFP que la Sebkha al-Sigumi est la quatrième zone humide la plus importante d’Afrique du Nord en raison de la biodiversité unique qu’elle contient, avec plus de 126 000 oiseaux d’eau qui y sont arrivés cet hiver.

Azfzf souligne que l’organisation n’est pas contre l’ensemble du projet gouvernemental, mais parmi les points négatifs qu’elle inclut dans le creusage et l’approfondissement du sabkha, et cela « privera de nombreux oiseaux tels que les types de canards et de flamants roses de nourriture car ils ne peuvent pas plonger. profonde et désertera la région. « 

Il ajoute: «Si ce projet ne prend pas en compte la spécificité de l’espace écologique, il bouleversera l’écosystème qui s’y trouve».

De son côté, le responsable du projet de préparation au ministère de l’Equipement souligne que «seul un tiers environ de la superficie du lac sera approfondi d’environ un mètre supplémentaire, et laissera des espaces pour les oiseaux».

«Si nous n’intervenons pas, nous perdrons davantage de sa superficie à cause du remplissage», poursuit-elle.

Cependant, Al-Rais n’est pas optimiste quant au projet. Elle a souligné que la Tunisie fait partie des pays méditerranéens menacés par le changement climatique, et « avec l’accélération du phénomène du changement climatique comme les inondations et la désertification, lorsque nous préservons ces espaces verts, nous réduisons la gravité de ce phénomène ».

Les organisations considèrent que «la lutte est difficile» pour protéger la nature et sensibiliser la société à «être plus proche de la nature».

Cependant, Hamdi ne place pas de grands espoirs dans le projet à la lumière de la crise économique du pays. «Il est difficile de mener à bien de tels projets et la situation économique du pays est perturbée», dit-il.

What do you think?

22 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Les exportations de pétrole et de gaz de l'Algérie chutent |  Actualités des affaires et de l'économie

Les exportations de pétrole et de gaz de l’Algérie chutent | Actualités des affaires et de l’économie

«De la Tunisie à la Syrie, nous partageons un destin commun»

«De la Tunisie à la Syrie, nous partageons un destin commun»