in

résister à la tentation du pouvoir personnel

résister à la tentation du pouvoir personnel

Rédaction Le 2021-07-29 11:30:25, résister à la tentation du pouvoir personnel

Éditorial. La Tunisie vient d’entrer dans une phase délicate de sa trajectoire démocratique post-2011. Si les turbulences n’ont pas épargné ces dix dernières années ce pionnier des « printemps arabes », l’instauration le 25 juillet par le président Kaïs Saïed d’un régime d’exception – censé être provisoire – représente un défi inédit. Le chef de l’État est de facto arrogé les pleins pouvoirs dans le mais déclaré de redresser une crise multiforme (paralysie politique, recul socio-économique, détresse sanitaire) et de stabilisateur un pays guetté par la déliquescence.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La Tunisie plongée dans l’inconnu après le coup de force du président Kaïs Saïed

En Tunisie comme ailleurs, l’emballement de l’épidémie de Covid-19 – le taux de mortalité y est le plus élevé d’Afrique – a exacerbé un malaise préexistant qui ne demandait qu’à exploser. L’épisode intéresse au plus haut point de la communauté internationale, car le chantier démocratique tunisien avait jusqu’ici valeur d’exemple pour l’ensemble du monde arabo-musulman. Il était le dernier îlot de résistance, après la cascade de désenchantements autour des « printemps arabes », torpillés par des guerres civiles ou des restaurations autoritaires.

Risques d’arbitraire et de dérives

Il est trop tôt pour ajouter la Tunisie à la liste de ces échecs. A ce stade, deux évidences s’imposent. La première est que le coup de force du président Saïed, qui a révoqué le premier ministre, suspendu le Parlement et mis la main sur le ministère public, a été déclenché par des scènes de liesse à Tunis. La popularité du geste d’autorité de M. Saïed, réputé pour son intégrité, est incontestable. La population tunisienne était à bout de patience devant le spectacle des jeux d’appareils d’une classe politique incompétente et souvent corrompue alors que l’économie stagnait sur fond de désolation sanitaire. Ennahda, formation issue de la matrice islamiste qui a joué un rôle central dans toutes les coalitions parlementaires post-2011, a cristallisé l’essentiel de ce ressentiment.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Kaïs Saïed, l’atypique président tunisien, en lutte contre « les élites politiques »

La seconde évidence est que la méthode utilisée par M. Saïed, qui se réclame de l’esprit de la révolution tout en étant hostile à la démocratie, a de quoi soulever des inquiétudes. Le chef de l’État est allé bien au-delà des dispositions prévues par l’article 80 de la Constitution relative au régime d’exception, ce qui a conduit le professeur de droit constitutionnel Yadh Ben Achour à qualifier sa décision de « coup d « État ». La controverse autour de l’usage de cette formule fait rage en Tunisie. Les partisans de M. Saïed, galvanisés sur les réseaux sociaux, la récusent avec force.

La popularité de l’acte présidentiel ne doit pas interdire de s’interroger sur les dangers qu’il recèle. En 1987, le « coup d’État » de Ben Ali contre un Bourguiba vieillissant avait également eu lieu à Tunis. On connaît la suite. Kaïs Saïed saura-t-il surmonter la tentation de l’omnipotence ? Reviendra-t-il sans tarder au « fonctionnement régulier des pouvoirs publics », ainsi que le prévoit le fameux article 80 de la Constitution ?

Au regard de la désespérance ambiante, il mérite assurément le bénéfice du doute. Le rétablissement de la Tunisie est crucial pour les Tunisiens eux-mêmes, comme pour la stabilité de la région méditerranéenne. La vigilance doit rester de mise, face aux risques d’arbitraire et de dérives. L’œuvre de redressement en cours serait la première à pâtir d’une aventure personnelle, fût-elle drapée dans la référence totémique au « peuple ».

Lire aussi En Tunisie, le parti Ennahda joue la carte de l’apaisement et du dialogue

Le Monde

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Le président tunisien convoque de nouveaux médecins dans les centres de recrutement du service national

Leur nombre est de 23 fonctionnaires. Qui sont les hommes d’Ennahda qui ont été limogés par le président tunisien Kais Saied ?

La commission de discipline de la Ligue algérienne ouvre une enquête sur des allégations d'abus racistes

La Fédération Algérienne détermine les clubs participant à la Ligue des Champions d’Afrique et à la Coupe de la Confédération