in

Tunisie [AUDIO] : Moi. Imed Ben Halima s’exprime sur l’affaire de la magistrate soupçonnée de trafic de change

Tunisie [AUDIO] : Me. Imed Ben Halima s’exprime sur l’affaire de la magistrate soupçonnée de trafic de change

Actuexpress Le 2021-08-12 10:15:37, Tunisie [AUDIO] : Moi. Imed Ben Halima s’exprime sur l’affaire de la magistrate soupçonnée de trafic de change

Par rania ben slimane | Il y a 2 minutes Facebook Twitter LinkedIn WhatsApp

L’activiste politique par ailleurs, avocat Me. Imed Ben Halima a commenté dans une déclaration accordée à Tunisienumerique, l’affaire de la magistrate soupçonnée de trafic de change.

Il a indiqué que le magistrat transportait une grande somme d’argent en devise et en dinars et a été arrêté en flagrant délit pour infraction de change et qu’elle risque cinq ans de prison.

Moi. Ben Halima a affirmé que son arrestation était possible au sens de l’article 22 du statut des magistrats du 14 juillet 1967, et notifier ensuite le Conseil de la Justice Judicaire.

Ou cette dernière a été mise en liberté et a été interdite de voyage. Moi. Ben Halima a également dénoncé le communiqué de la porte-parole de la Cour d’Appel de Monastir qui explique que la magistrate a transporté ce montant pour rendre service à une connaissance et qu’elle n’était pas au courant de ni du montant total ni de sa devise.

« C’est plus qu’un communiqué, c’est une plaidoirie perdue d’avance ! Trop de corporatisme avec beaucoup de corporatisme ! On ne peut pas réformer le secteur judiciaire, quand les magistrats sanctionnent les infractions de leurs confrères par des fatwas en dehors de la loi ! », à-il martelé.

De même, il a estimé que le communiqué de la Cour d’Appel est plus dangereux que le crime en question, rappelant dans ce cadre, que les crimes des deux magistrats, Béchir Akremi et Taieb Rached sont plus importants et pourtant, aucune enquête pénale n’a été ouverte à leur rencontre.

En outre, il a indiqué que le Conseil de la Justice Judiciaire doit se tenir à l’Inspection pour ouvrir une enquête contre les juges contrevenants, et en se basant sur ces résultats, le conseil prend les décisions disciplinaires adéquates à leur encontre.

« Dans le cas de la juge, le conseil à pris des mesures rapides sans se baser sur un dossier, réparant ainsi une faute par un autre. S’ils ont arrêté la prévenue, ça n’aurait pas pris cette ampleur. Ou, le conseil a décidé de la suspendre et de la devant le Parquet sans consulter l’inspection et en se basant sur l’alinéa 2 de l’article 63 du statut du Conseil Supérieur de la Magistrature» at-il expliqué.

https://www.tunisienumerique.com/wp-content/uploads/2021/08/تصريح-عماد-بن-حليمة-حول-القاضية.mp3

Facebook Twitter LinkedIn WhatsApp

Que se passe-t-il en Tunisie ?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous !

affaire de la magistrature, bechir akremi, conseil de la justice judiciaire, conseil supérieur de la magistrature, Imed Ben Halima, infraction de change, inspection, Justice, Monastir, taieb rached, Tunisie

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
تونس.. الحبيب جملي يقترح خارطة طريق للخروج من الأزمة

Tunisie. Habib Jemli propose une feuille de route pour sortir de la crise

Adamawa-State-Governor-Ahmadu-Fintiri

RUPTURE : un homme d’affaires d’Adamawa encourt 30 mois de prison pour avoir qualifié le gouverneur Fintiri de « père de tous les voleurs »