in

Tunisie… Exige la confiscation des fonds des Frères musulmans et se prépare à la « Journée de la décision »

Tunisie... Exige la confiscation des fonds des Frères musulmans et se prépare à la "Journée de la décision"

Actuexpress.net Le 2021-07-20 03:15:00, Tunisie… Exige la confiscation des fonds des Frères musulmans et se prépare à la « Journée de la décision »

Les appels politiques à faire tomber les Frères musulmans coïncident avec un état de colère populaire dans le pays à la suite de la politique d’Ennahda qui a corrompu la voie démocratique et des opposants violents, ainsi que d’exposer la tentative d’exploiter l’institution judiciaire pour corrompre les dossiers de litige dans plusieurs affaires terroristes, notamment le meurtre de Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.

Le Conseil judiciaire avait décidé de suspendre le juge Al-Bashir Al-Akrimi et l’avait renvoyé devant le ministère public. Les tentatives désespérées du Mouvement Ennahda n’ont pas réussi à arrêter cette décision, que les observateurs ont considérée comme un coup dur pour les tentatives des Frères musulmans d’infiltrer les institutions judiciaires. et les exploiter pour faire pression sur les adversaires.

De son côté, le député Mongi Al-Rahwi a appelé à la confiscation des fonds des dirigeants des Frères musulmans, emmenés par Rached Ghannouchi, leader du mouvement Ennahda et président du Parlement, soulignant que l’inflation de leurs richesses se faisait au détriment des intérêts. du peuple tunisien et qu’il était temps de rétablir les droits.

Manhi a déclaré, appelant le peuple tunisien à manifester contre le mouvement : « Préparons-nous pour le jour de la détermination et le jour de la fierté. La patrie est en danger », ajoutant : « Personne ne doute de la nature criminelle de cette junte au pouvoir qui cible le peuple dans sa vie, oui, dans son droit à la vie, et cible le peuple dans sa force et la force de ses enfants. » Et dans sa dignité, qui est piétinée quotidiennement, et dans sa souveraineté nationale, qui est piétinée quotidiennement et qui s’enlise dans la boue.

Il a ajouté : « Les femmes et les hommes tunisiens n’ont rien à perdre aujourd’hui, et ils n’ont rien à perdre sauf à briser les forteresses de l’oppression, de l’injustice et de l’injustice ».

Il a poursuivi : « Peuple libre de Tunisie, unissez-vous, organisez-vous désormais dans les quartiers, les fermes, les usines, les instituts, les collèges, les villes et les campagnes en tous points de ce pays. Humiliation et disgrâce aux ennemis du peuple et du peuple. pays.

Pour sa part, la cheffe du Parti constitutionnel libre, Abeer Moussa, a renouvelé ses appels à retirer la confiance de Rashid Ghannouchi, soulignant que c’est la seule solution devant le peuple tunisien pour faire tomber les ténèbres et affronter les tentatives d’enfreindre la loi et de détruire le l’État en faveur des loyautés étrangères.

Moussa a souligné que l’arme des forces politiques tunisiennes contre les Frères musulmans est d’éclairer les esprits pour se débarrasser du mouvement Ennahda, décrivant Ennahda comme le gang qui gouverne la Tunisie.

Le politologue tunisien Belhassan Yahyaoui affirme que les appels des forces politiques à manifester le 25 juillet ciblent le gouvernement, le mouvement Ennahda et toutes les composantes participant au gouvernement du pays.

Al Yahyaoui confirme dans une déclaration à « Sky News Arabia » que le mouvement Ennahda est actuellement assiégé par des crises, notamment après lui avoir bloqué la voie en exploitant l’organisation spatiale et en l’adaptant pour manipuler des dossiers judiciaires, notamment terroristes qui ont un lien étroit avec les dirigeants d’Ennahda, ce qui constitue également une coupure de son bras judiciaire et médiatique, ainsi que pour de nombreuses critiques adressées au mouvement aux niveaux régional et international.

L’analyste tunisien a souligné que la poursuite des appels à manifester au hasard et sans système peut être dans l’intérêt du mouvement Ennahda, si elle ne prend pas une forme organisée, soulignant l’importance que les manifestations se déroulent selon une feuille de route, car la poursuite des appels sans eux les vide de leur contenu, soulignant la nécessité pour toutes les sectes de se réunir L’opposition à la domination de la Renaissance sur un ensemble d’objectifs et de travailler pour les atteindre à travers les manifestations. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Yahyaoui estime que le problème avec le mouvement Ennahda est la loyauté, car il travaille en faveur de l’agenda de l’organisation mondiale de la Fraternité et non selon un agenda national, et sa littérature est totalement absente du concept de l’État et des valeurs. ​​de patriotisme, et donc lorsqu’il a atteint la prise de décision politique en Tunisie lors des élections qui ont eu lieu après 2011, il n’a pas présenté ce qui est nouveau pour la politique tunisienne, et il n’a pas pu réussir dans la gestion de l’État . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Al-Yahawy a expliqué que le mouvement Ennahda ne dispose pas des outils qui lui permettraient de diriger l’État ou de former le gouvernement, car ce processus nécessite une prise de conscience de divers faits, en plus de l’absence du concept d’État du pays. , dont les priorités sont complètement différentes de cette organisation internationale de la Confrérie, qui ne croit pas à la patrie et ne travaille que pour ses propres intérêts. .

Al-Yahawi poursuit que la plupart des mouvements du mouvement Ennahda des Frères musulmans étaient en faveur d’agendas étrangers, soulignant que travailler au profit de cette organisation, dirigée par le Qatar et la Turquie, était antérieur aux intérêts de la nation en Tunisie.

L’analyste tunisien affirme que le crime majeur du mouvement Ennahda est ce qu’il a commis à l’égard de la Libye, la voisine arabe, qui a été blessée en raison de la capacité du mouvement Ennahda à établir les articulations de l’État en Tunisie, et sa présence au sommet du cercles décisionnels, ce qui lui a permis de fournir de nombreuses facilités aux parties qui voulaient altérer la géographie libyenne. Par conséquent, la contribution du mouvement Ennahda a été très importante pour faciliter le travail de la Turquie en Libye, et pendant son règne sur le pays, il facilité le passage de militants et djihadistes vers la Libye à travers le territoire tunisien, et le passage des armes du bassin méditerranéen vers la Libye.

De retour à l’intérieur tunisien, Yahyaoui dit que le mouvement Ennahda a fait entrer la Tunisie dans une phase dangereuse et nouvelle et a provoqué une crise politique sans précédent.

Il a souligné que ce qu’on appelait des œuvres caritatives à l’intérieur du pays et recevaient des fonds énormes sous la couverture caritative, mais qu’en fait ce n’étaient que des couloirs pour former et armer des éléments extrémistes et terroristes, et alimentaient des groupes terroristes dans le monde, et c’est l’un des choses qui ont fait que la Tunisie a été témoin pour la première fois de l’assassinat de symboles de l’action politique nationale.

Il a souligné que le mouvement Ennahda tentait largement et intensivement de couvrir l’assassinat du politicien Chokri Belaid devant les tribunaux, faisant référence à cet égard aux tentatives désespérées du groupe pour contrôler la justice tunisienne, qu’il a réussi et a pu falsifier des dizaines de cas en leur faveur.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Chine : l'amitié avec l'Algérie est inébranlable face aux changements et aux crises internationales

Chine : l’amitié avec l’Algérie est inébranlable face aux changements et aux crises internationales

Tunisie – Pénurie d’oxygène médical… Attention çà n’est pas encore résolu !

Tunisie – Pénurie d’oxygène médical… Attention çà n’est pas encore résolu !