in

Tunisie.. L’attente de la nomination du Premier ministre et des intellectuels rejettent le « coup » et le président limoge deux ministres | L’actualité de la Tunisie

Tunisie.. L'attente de la nomination du Premier ministre et des intellectuels rejettent le "coup" et le président limoge deux ministres |  L'actualité de la Tunisie

Actuexpress.net Le 2021-08-03 04:10:56, Tunisie.. L’attente de la nomination du Premier ministre et des intellectuels rejettent le « coup » et le président limoge deux ministres | L’actualité de la Tunisie

Des intellectuels et militants tunisiens ont exprimé dans un appel ouvert leur rejet des décisions prises par le président Kais Saied depuis qu’il a annoncé le gel du parlement et la destitution du gouvernement la semaine dernière, et ont considéré cela comme un « coup contre la constitution », au moment où la rue attend l’annonce du nouveau premier ministre, coïncidant avec le limogeage du président et de deux ministres et sa promesse à nouveau de rendre des comptes aux corrompus.

Un certain nombre d’intellectuels, d’universitaires, d’activistes civils et d’hommes politiques tunisiens ont lancé un appel à l’opinion publique nationale et internationale, exprimant leur rejet catégorique de ce qu’ils ont qualifié de « coup d’État contre la constitution », et ont appelé le président à mettre fin à « l’arbitraire exceptionnel mesures », a-t-il annoncé, retour à la légitimité constitutionnelle et reprise du parlement. Représentants fait.

Les auteurs de la déclaration ont indiqué que l’article 80 de la Constitution n’autorise pas le Président de la République à prendre les mesures susmentionnées, et ils ont également exprimé leur profonde crainte des atteintes successives aux libertés individuelles, aux droits de l’homme et à la liberté des médias.

Parmi les signataires les plus importants de la déclaration figurent Mahdi Al-Mabrouk, l’ancien ministre de la Culture, et le dirigeant syndical, Abd al-Salam al-Kikli.

Le président tunisien affirme que ses mesures exceptionnelles s’appuient sur l’article 80 de la constitution, et visent à sauver l’Etat tunisien, face aux protestations populaires contre les crises politiques, économiques et sanitaires (la pandémie de Corona).

Cependant, la plupart des partis tunisiens ont rejeté ces mesures, et certains les ont considérées comme un « coup contre la constitution », tandis que d’autres les ont soutenus et les ont vues comme une correction du cours.

aggravation de la crise politique

Pour sa part, le secrétaire général du Parti tunisien des travailleurs, Hamma Hammami, a déclaré que ce que le président Saied avait fait depuis le 25 du mois dernier était un « coup » contre la constitution et les principes démocratiques.

Dans une interview accordée à une radio locale, Hammami a tenu le mouvement Ennahda pour le premier responsable des crises que traverse la Tunisie il y a 10 ans.

Hammami considérait également le président Saeed comme faisant partie du système au pouvoir, l’accusant d’aggraver la crise politique qui s’est transformée en une guerre déchirante au cours des deux dernières années, comme il l’a dit.

Hammami a déclaré que la violation des libertés, l’interdiction de voyager et les raids sécuritaires et militaires sur les domiciles de certains militants politiques ; Des pratiques qui rappellent « l’époque révolue », appelant ce qu’il a décrit comme des forces démocratiques et progressistes à se réunir sur un programme concret contre Ennahda et le président Saïd.

chef du gouvernement économique

En revanche, le député du Mouvement populaire, Heikal Al-Makki, a laissé entendre que le nom du premier ministre attendu serait annoncé dans les prochaines heures, au plus tard en fin de journée, mardi.

Des sources bien informées ont également suggéré que le président désignerait une personnalité économique à la tête du gouvernement, compte tenu de la grave crise économique à laquelle le pays est confronté.

Les noms du gouverneur de la Banque centrale Marwan Abbasi et de l’ancien ministre des Finances Nizar Yaish circulent en Tunisie, et la présidence tunisienne n’a émis aucun commentaire sur ce qui est diffusé jusqu’à présent.

Parallèlement, la présidence tunisienne a annoncé l’exemption de leurs fonctions du ministre des Finances Ali Al-Kaali et du ministre des Technologies de la communication Muhammad Al-Fadil Karim et a nommé Siham Al-Boughdiri et Nizar Bennaji à la tête des deux ministères.

Dans ses dernières déclarations, le président tunisien a déclaré qu’il s’en tiendrait au pacte jusqu’à ce que les demandes du peuple soient satisfaites, ajoutant : « Nous affirmons la responsabilité de tous ceux qui ont volé l’argent du peuple ».

sit-in et siège

Dans le cadre du suivi judiciaire, le tribunal militaire de Tunisie a décidé hier, lundi, d’annuler un mandat d’arrêt contre un avocat et 4 parlementaires de la « Coalition Dignité », en attendant l’aboutissement des procédures judiciaires à leur encontre.

Le premier juge d’instruction du Tribunal militaire permanent de Tunis a émis un mandat d’arrêt contre la perquisition judiciaire de l’avocat Al-Mahdi Zagrouba, et des adjoints : Seif El-Din Makhlouf, Nidal Al-Saudi, Abdel-Latif Al-Alawi et Muhammad Al-Afas, en attendant l’achèvement du reste des procédures judiciaires à leur encontre.

Des sources de l’Autorité nationale des avocats tunisiens ont déclaré à Al Jazeera que d’importantes forces de sécurité assiégeaient le tribunal de première instance de la capitale, ainsi que le déploiement de forces à l’intérieur pour arrêter l’avocat Mahdi Zagrouba.

L’avocat tunisien Mahdi Zagrouba proteste au siège du Décanat des avocats tunisiens, refusant de le renvoyer devant la justice militaire dans ce qu’on appelle l’affaire de prise d’assaut de l’aéroport, exigeant qu’il comparaisse devant une enquête judiciaire et non militaire.

Plusieurs avocats tunisiens ont confirmé la présence de membres des forces de sécurité à proximité du tribunal, où se trouve le doyen des avocats, dans le but d’arrêter l’avocat Zagrouba.

Il est à noter qu’un syndicat de la sécurité avait porté plainte contre le chef de la coalition Al-Karama, Seif El-Din Makhlouf, et un certain nombre de membres de la coalition, pour avoir agressé des agents de sécurité à l’aéroport international de Tunis-Carthage, dans ce qui est connu sous le nom d’incident de prise d’assaut à l’aéroport, qui a eu lieu le 15 mars.

Turquie et Algérie

Sur le plan diplomatique, la présidence turque a annoncé hier soir, lundi, que le président Recep Tayyip Erdogan a souligné lors d’un appel téléphonique à Kais Saied l’importance de préserver la stabilité et la paix intérieure de la Tunisie.

La présidence turque a ajouté qu’Erdogan a souligné la nécessité de poursuivre le travail du parlement tunisien, le considérant comme une question importante pour la démocratie tunisienne et la région.

Dans le même contexte, le président tunisien a reçu dimanche le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra.

Et le site de la présidence tunisienne sur Facebook a indiqué que le ministre algérien avait porté un message oral du président algérien Abdelmadjid Tebboune au président tunisien.

Le ministre algérien des Affaires étrangères a souligné que sa visite en Tunisie pour rencontrer le président Kais Saied est venue sur la base d’un mandat du président algérien, dans le cadre d’une tournée qui a commencé en Tunisie et comprend des pays arabes et africains, liée aux avantages à venir, y compris les pays arabes Sommet.

président de la République #Kais Saied Le ministre algérien des Affaires étrangères reçoit M. Ramtane Lamamra, porteur d’un message oral de son frère, le président algérien Abdelmadjid Tebboune. #tnPR pic.twitter.com/uCbN8CaA7O

— Présidence tunisienne (@TnPresidency) 1 août 2021

Et plus tôt hier, dimanche, le Caire a annoncé l’existence d’un consensus entre l’Egypte et l’Algérie pour un soutien total au président Saïd, et pour tout ce qui maintiendrait la stabilité en Tunisie, selon un communiqué de la présidence à l’issue d’une rencontre entre le président égyptien Abdel Fattah El- Sissi et le ministre algérien des Affaires étrangères, alors qu’un communiqué algérien n’a pas abordé pour leurs discussions la question tunisienne.

Plus de politique


What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
Algérie : Fournir 9 millions de doses du vaccin anti-Corona durant ce mois d'août

Algérie : Fournir 9 millions de doses du vaccin anti-Corona durant ce mois d’août

karim aribi nimes rouge crocos

Karim Aribi en terrain conquis !