in

Tunisie.. Le peuple demande au président de choisir un leader national pour la prochaine étape

Un nouveau conflit en Tunisie. Qais Saeed rejette les amendements au Parlement

Actuexpress Le 2021-07-28 10:45:00, Tunisie.. Le peuple demande au président de choisir un leader national pour la prochaine étape

A l’heure où les milieux politiques attendent davantage de décisions concernant le président tunisien Kais Saied, notamment après avoir annoncé hier le limogeage de personnalités de haut rang dans le pays, le correspondant d’Al-Arabiya / Al-Hadath a rapporté, mercredi, qu’il existe des demandes de la part des la rue pour accélérer et choisir une figure nationale pour diriger la prochaine étape. .

L’information indiquait également que dans les heures à venir, les yeux se dirigent vers le palais de Carthage, en attendant d’autres nouvelles décisions qui devraient être annoncées par le président.

Les sources ont également confirmé qu’il existe un consensus juridique sur la constitutionnalité des décisions du président tunisien.

Cela est intervenu après que Saeed, mardi soir, a approuvé la cessation des fonctions d’un certain nombre de hauts fonctionnaires du gouvernement, alors qu’il annonçait l’exemption du secrétaire général du gouvernement, le directeur du bureau de la présidence de la Gouvernement, les conseillers du Premier ministre, le sous-secrétaire général d’État, le directeur de la justice militaire et le chef de l’Autorité générale des morts et des blessés de la révolution et des opérations terroristes, ainsi qu’un certain nombre de personnes chargées d’une mission auprès du Bureau de le Premier ministre de leurs fonctions.

Dans le même temps, de nombreuses et multiples instances officielles ont exigé que le président Saeed dispose d’une feuille de route claire et complète pour que le pays sorte de la situation économique et épidémiologique difficile qu’il a subie au cours de la période récente, notamment la Ligue des droits de l’homme et la Ligue économique. et Forum des droits sociaux.

A son tour, la Confédération générale tunisienne du travail a appelé le président tunisien Kais Saied à prendre des mesures et des décisions radicales pour redresser la voie de la transition démocratique, qu’elle considérait avoir connu des déviations, en déclarant une feuille de route claire et concrète dans un calendrier précis.

Mashrou Tounes a exigé que le chef de l’Etat fournisse tous les détails liés à la sortie de la situation exceptionnelle et à la fixation des priorités.

Quant à l’Union tunisienne du travail, la plus grande organisation syndicale, elle a appelé le président à dresser une feuille de route pour apaiser les craintes.

Il a gelé le parlement et limogé le gouvernement

Il est à noter que les décisions du président interviennent après son annonce, dimanche, de geler les travaux du Parlement pendant un mois, de relever le Premier ministre Hisham Al-Mashishi de ses fonctions et d’assumer lui-même le pouvoir exécutif.

Lundi, il a également relevé de leurs fonctions le ministre de la Défense Ibrahim El-Bertaji, le ministre de la Justice par intérim, le ministre de la Fonction publique et le porte-parole du gouvernement Hasna Ben Suleiman.

Le président a souligné, à maintes reprises, depuis l’annonce des décisions, son souci d’appliquer la loi, et que ses décisions étaient conformes à la constitution tunisienne, jamais un coup d’État contre lui.

Il a souligné qu’il ne dérogeait pas à la constitution et fondait ses décisions sur l’article 80, qui lui permet de prendre des mesures en cas de danger imminent menaçant l’Etat.

En outre, il a ajouté que le danger est devenu une réalité en Tunisie, après qu’elle soit devenue un foyer de voleurs se réfugiant dans des textes juridiques qu’ils ont mis en fonction de leur taille pour partager le pouvoir et traiter avec l’Etat et ses capacités comme si ils leur appartiennent, soulignant qu’il n’y a pas de place pour que l’État continue ainsi.

Des mois de désaccords

Il est à noter que la décision de Saeed est intervenue après des mois de différends avec Al-Mashichi et un parlement divisé, alors que la Tunisie souffre d’une crise économique qui a été exacerbée par l’une des pires épidémies de la pandémie de Covid-19 en Afrique.

De nombreux Tunisiens sont descendus dans la rue pour soutenir les décisions de Saïd dimanche, après avoir ressenti la paralysie politique du pays, la faiblesse de l’économie et l’aggravation de la situation sanitaire dans le pays, où le taux de mortalité est parmi les plus élevés au monde.

What do you think?

26 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Loading…

0
L'Algérien Nemmouchi espère poursuivre sa carrière de boxeur aux Jeux olympiques d'été de Tokyo

L’Algérien Nemmouchi espère poursuivre sa carrière de boxeur aux Jeux olympiques d’été de Tokyo

« Kaïs Saïed joue avec le feu et c'est extrêmement inquiétant » – Jeune Afrique

« Kaïs Saïed joue avec le feu et c’est extrêmement inquiétant » – Jeune Afrique