in

Une grève générale le 22 avril pour dénoncer la «politisation» des médias

Une grève générale le 22 avril pour dénoncer la «politisation» des médias

Rédaction Le 2021-04-14 18:07:01, Une grève générale le 22 avril pour dénoncer la «politisation» des médias

Publié le: 14/04/2021 – 18:07

Le conflit se poursuit entre les journalistes de l’agence officielle Tunis Africa News Agency (WAT) et le gouvernement tunisien, dans le contexte de la nomination d’un nouveau directeur de la fondation. Les journalistes de la Fondation ont également dénoncé ce qu’ils ont appelé «l’assaut de la police» sur leur lieu de travail mardi, après que des policiers ont accompagné l’entrée du nouveau directeur au siège de la fondation, ce qui a suscité de vives condamnations parmi les médias. Le syndicat de la presse a appelé à une grève le 22 avril pour dénoncer la «politisation» des médias.

« Nous rejetons catégoriquement cette nomination! » Déclarations d’Amira Mohamed, journaliste à l’Agence de presse tunisienne pour l’Afrique (WAT) et vice-présidente d’un syndicat Journalistes tunisiens, Était bruyante et exprimait son mécontentement et l’indignation de ses collègues face à la «prise d’assaut» du siège de l’agence de presse officielle par ce qu’elle a qualifié de «milices».

Et comme l’a montré un clip vidéo posté par des journalistes sur les réseaux sociaux, Amira Muhammad s’exprimait lors d’une conférence de presse après que le nouveau directeur de l’agence, Kamal Ben Younes, soit entré mardi au siège de la fondation accompagné de policiers après que des journalistes l’aient empêché pour la première fois. temps, alors qu’ils protestaient contre sa nomination par le gouvernement tunisien dirigé par Hicham Mechichi. Elle a souligné la détermination des journalistes à défendre leur indépendance et leur liberté en disant: «Soit nous sommes Kamal bin Youssef».

Un journaliste de Watt rejette la «politisation» des médias

Des membres de la Force générale ont pris d’assaut l’agence de presse Tunis Afrique dans la capitale et ont attaqué des journalistes et leurs employés qui ont refusé d’être nommés à la tête de l’agence. #Watt_Watt pic.twitter.com/884NGXW6pd

– Agence Tunis-Afrique-Presse (@AgenceTAP) 13 avril 2021

Un journaliste de Watt rejette la «politisation» des médias

Sa collègue Salma Hani a déclaré: « Nous appelons la présidence à reconsidérer sa décision de nommer Kamel Ben Younes à la tête de l’agence de presse Tunis Afrique. » Nous défendons le secteur public, qui fournit un service indépendant, à distance égale avec toutes les parties. . De reconsidérer sa décision. « 

Ben Yunus « a été nommé par la force et la violence » …

Amira Muhammad a ajouté, affirmant que «le Wat est une institution publique» appartenant au peuple tunisien et aux journalistes, et que «ce n’est pas un parti ou une institution (institution) de Mishichi». Elle a souligné que ce qui s’est passé mardi « ne s’est pas produit même à l’époque de (feu le président tunisien Zine El Abidine) Ben Ali ».

Stressé Journalistes Cependant, Ben Yunus «a été nommé par la force et la violence», et par conséquent «il ne peut pas diriger cette institution», qui a été créée en janvier 1961.

Le différend entre les Tunisiens et le gouvernement de Hicham Mechichi a commencé depuis l’annonce de la nomination de Kamal Ben Younes, journaliste ayant occupé plusieurs postes, dont le plus récent était celui de directeur général de la radio Zitouna, à la tête de l’organisation médiatique officielle. le 6 avril.

La journaliste tunisienne Amira Mohammed.
La journaliste tunisienne Amira Mohammed. © Site Web du Syndicat des journalistes tunisiens.

Preuve de la volonté du gouvernement de «politiser» les médias

Les journalistes ont vu que cette décision témoigne de la volonté du gouvernement de «politiser» les médias, considérant que le plan a commencé avec la radio «Shams FM», pour atteindre «Watt» avant les autres stations. Certains d’entre eux accusent même Kamal Bin Yunus d’être proche du mouvement islamique Ennahda et d’avoir participé à ses conférences et séminaires politiques.

L’Union nationale des journalistes tunisiens a appelé le gouvernement à « revoir les nominations politiques et partisanes à la tête des médias et ouvrir un dialogue sérieux et profond sur la réforme de ces institutions au lieu de chercher à les domestiquer pour servir des programmes politiques et partisans étroits ».

Les journalistes de l’Agence tunisienne de presse se sont mis en grève le 22 avril pour dénoncer la «politisation» des médias

À la suite d’une réunion d’urgence du Syndicat des journalistes tunisiens, de l’Université générale des médias et des deux branches syndicales de l’Agence de presse Tunis Afrique, le boycott par l’agence de toutes les activités du gouvernement et des partis qui le soutiennent a été décidé, jusqu’au 22 avril, le date de la grève programmée par l’agence. #Watt_Watt 1/2 pic.twitter.com/wVtjCn7eKF

– Agence Tunis-Afrique-Presse (@AgenceTAP) 13 avril 2021

Les journalistes de l’Agence tunisienne de presse se sont mis en grève le 22 avril pour dénoncer la «politisation» des médias

Boycottez les activités gouvernementales

Face à ce « dangereux précédent », le Syndicat des journalistes tunisiens a appelé « toutes les femmes journalistes, journalistes, organisations nationales et tous les défenseurs de la liberté d’expression et de la liberté des médias à organiser une manifestation » jeudi à une heure devant le siège de l’agence de presse Tunis Afrique.

Mardi soir, après une réunion d’urgence avec l’Université générale des médias et la branche des deux syndicats de l’institution, en présence du secrétaire général adjoint du Syndicat général tunisien du travail en charge des médias et de l’édition, Sami Taheri, a-t-elle annoncé, «L’agence de presse Tunis Afrique a boycotté toutes les activités du gouvernement et des partis qui le soutiennent, jusqu’au 22 avril (avril, date de la grève générale programmée par l’agence.

Le syndicat a appelé à la fois le Premier ministre et le ministère de l’Intérieur à « présenter des excuses pour les attaques violentes et à violer le caractère sacré de l’institution, et à demander à nouveau au Premier ministre (…) de se retirer » de la nomination de Kamal Bin Yunus en tant que chef de « Watt ».

Allocation Meziani


What do you think?

26 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Les Algériens Belouizdad atteignent les huit derniers ans 51 ans après la première tentative

Les Algériens Belouizdad atteignent les huit derniers ans 51 ans après la première tentative

En Tunisie, la société civile ne décolère pas contre les déchets italiens illégalement exportés à Sousse

En Tunisie, la société civile ne décolère pas contre les déchets italiens illégalement exportés à Sousse