in

Une marche de soutien au président tunisien dans la capitale, appelant à la dissolution du Parlement

مسيرة مؤيدة للرئيس التونسي في العاصمة تطالب بحل البرلمان

Rédaction Le 2021-03-20 16:02:00, Une marche de soutien au président tunisien dans la capitale, appelant à la dissolution du Parlement

17h02 samedi 20 mars 2021

Tunisie – (dpa):

Les manifestants se sont rendus dans la rue principale, Habib Bourguiba, dans le centre de Tunis, aujourd’hui, samedi, pour défiler en appelant à la dissolution du parlement.

C’est l’une des rares marches qui appellent ouvertement et fondamentalement à la dissolution de la plus haute autorité du pays et de l’axe du système politique adopté en Tunisie depuis la promulgation de la constitution de 2014, qui est un système parlementaire modifié.

Les manifestants, qui étaient au nombre de 200 à 300, ont brandi des banderoles pour soutenir le président Qais Saeed appelant à la mise en œuvre de l’article 80 de la constitution, qui comprend des procédures de dissolution du Parlement.

Les manifestants ont scandé: « Le Parlement est dissous » et « Le peuple veut que le Parlement soit dissous ».

Auparavant, de tels appels se faisaient écho parmi les partisans du président Saïd lors de ses visites dans certains quartiers et quartiers populaires, mais ces appels sont sortis au grand jour aujourd’hui, de manière organisée et sous des banderoles explicites.

La tension prévaut sur les relations du président Saïd avec le parlement et les principaux partis qui y sont représentés, au premier rang desquels la coalition soutenant l’actuel gouvernement indépendant dirigé par Hisham El-Mechichi, le mouvement islamique Ennahda, le parti libéral du Cœur de Tunisie et le Coalition pour la dignité, affiliée à la droite religieuse.

« Le Parlement est corrompu, ses députés sont corrompus et un système politique parlementaire est corrompu. Un système parlementaire n’est pas adapté en Tunisie. Nous voulons un système présidentiel », a déclaré Cheikh Muhammad al-Hantati, un participant à la marche.

Al-Hantati a poursuivi: « Nous demandons au peuple d’ouvrir la voie au président Qais Saeed. »

Le président de la république est directement élu par le peuple, mais ses pouvoirs sont principalement limités aux questions de défense, de sécurité nationale et de politique étrangère, tandis que le Premier ministre dispose de larges pouvoirs exécutifs.

Saeed a laissé entendre dans sa campagne pour la présidence en 2019 et dans nombre de ses discours qu’il voulait amender le système politique vers un système présidentiel tout en renforçant les pouvoirs du gouvernement local, tandis que le président du Parlement et le chef du mouvement Ennahda, Rached Ghannouchi, a appelé à une transition vers un système purement parlementaire.

La Tunisie traverse une crise politique et constitutionnelle en raison de l’échec du président à accepter de nouveaux ministres dans le remaniement ministériel après avoir gagné la confiance du Parlement depuis le 26 janvier, en raison de ses réserves sur certains des ministres proposés et de la contradiction de l’amendement avec les articles de la constitution, selon son opinion.

What do you think?

25 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Une policière et deux autres tués alors que l'élection d'Ekiti devient sanglante

Une policière et deux autres tués alors que l’élection d’Ekiti devient sanglante

Dix ans après la révolution, la Tunisie face à l

Dix ans après la révolution, la Tunisie face à l’inertie