in

Une « nouvelle Commission » .. le Groupe des Sept s’inquiète de l’avenir de la Tunisie | L’actualité de la Tunisie

Tunisie .. Le soutien de Bahreïn aux décisions de Saeed et au parquet empêche 12 personnes de voyager |  Actualités Politique

Rédaction Le 2021-09-08 14:36:43, Une « nouvelle Commission » .. le Groupe des Sept s’inquiète de l’avenir de la Tunisie | L’actualité de la Tunisie

Tunisie – Les dirigeants des pays occidentaux continuent d’appeler le président tunisien Kais Saied à revenir sur la voie démocratique et à mettre fin aux travaux des mesures exceptionnelles, à un moment où beaucoup ont vu la déclaration des ambassadeurs des grands pays du Groupe des Sept comme un dernier avertissement.

Un jour après qu’une délégation du Congrès américain a rendu visite au président tunisien et l’a exhorté à revenir sur la voie démocratique et à arrêter les mesures exceptionnelles, les principaux pays du Groupe des Sept ont lancé un appel conjoint au retour à l’ordre constitutionnel.

Le 25 juillet, le président Saied a annoncé le gel du Parlement, la destitution du Premier ministre et la prise de tous les pouvoirs, afin de diviser les Tunisiens entre partisans et opposants.

Les ambassades d’Amérique, de Grande-Bretagne, de France, d’Allemagne, d’Italie, du Japon et du Canada ont publié une déclaration commune sur leurs pages officielles sur les réseaux sociaux, appelant à « un retour rapide à un système constitutionnel dans lequel un parlement élu joue un rôle de premier plan ».

Ils ont souligné « l’urgente nécessité de nommer un nouveau Premier ministre afin de former un gouvernement capable de faire face aux crises actuelles auxquelles la Tunisie est confrontée sur les fronts économique et sanitaire ».

décision nationale

A la lecture du contenu du communiqué, le conseiller auprès des organisations internationales, Rami Al-Salihi, affirme à Al-Jazeera Net que son émission dans une formule commune et sur un ton tranchant confirme l’état d’anxiété que ressentent les dirigeants de ces pays connaissent.

Il a souligné que l’état d’ambiguïté politique persistant depuis les mesures prises par le président tunisien le 25 juillet dernier a contribué à augmenter le niveau de confusion parmi ces pays qui soutiennent la Tunisie sur le marché financier mondial.

Al-Salihi n’a pas caché ses craintes que cette déclaration commune ne soit une nouvelle « commission financière » pour la Tunisie, à l’image de ce qu’elle a connu en 1869 lorsqu’elle est devenue incapable de payer ses dettes envers les pays occidentaux, ce qui pourrait l’obliger à nouveau à abandonner une partie de sa décision nationale et se soumettre aux diktats des créanciers, comme il l’a dit.

L’expert auprès des organisations internationales s’est dit préoccupé par le fait que le président tunisien continue d’exclure et de contrarier tous les acteurs locaux, qu’il s’agisse de partis, d’organisations ou d’organes constitutionnels, ce qui, selon sa description, aggrave l’état d’incertitude lié à l’avenir du pays.

La déclaration des ambassadeurs des pays du Groupe des Sept a suscité une controverse interne, l’Union des corps diplomatiques exprimant son étonnement devant la manière dont cette déclaration a été rédigée, considérant que son style n’était pas conforme aux normes diplomatiques.

Le syndicat a demandé à l’autorité de tutelle de la facilité diplomatique d’attirer l’attention des autorités diplomatiques concernées pour modifier sa déclaration concernant la pleine capacité du président tunisien.

Retraite sur le ton diplomatique

S’adressant à Al-Jazeera Net, le chercheur en sciences politiques Ayman Al-Boughanmi estime que la déclaration des sept pays portait un « ton d’avertissement » dans lequel l’expédition diplomatique habituelle a diminué, en échange de l’accélération du rythme de la clarté des positions.

Le chercheur a souligné que la raison de ce nouveau discours peut être le résultat d’un sentiment parmi ces partis occidentaux que le président tunisien ne comprend pas et ne veut pas comprendre le message qui lui est adressé, selon son estimation.

Al-Boughanimi a souligné que ces pays démocratiques ne comprennent pas l’accumulation de pouvoirs entre les mains d’une seule personne, de sorte que leur objectif dans la déclaration commune était de revenir sur la voie de la démocratie, de reprendre les travaux du Parlement. et nommer un premier ministre.

Pour sa part, le chercheur en droit constitutionnel Rabeh Al-Kharaifi a poursuivi en disant que ce qui était inclus dans la déclaration des sept pays représentait « l’acte de décès des systèmes politiques et constitutionnels en Tunisie », et qu’il portait un soutien clair aux mesures prise par le président le 25 juillet dernier.

Dans une publication sur sa page Facebook, le chercheur a souligné que la déclaration n’incitait pas le président à revenir au système constitutionnel actuel, mais plutôt à un nouveau système constitutionnel qui répond aux exigences du peuple tunisien.

Dans le même contexte, il a souligné que le contenu de la déclaration ne parlait pas de retour au parlement élu actuel, mais plutôt à une assemblée élue, ce qui signifie annoncer la mort de ce parlement, comme il l’a décrit.

D’autre part, le professeur d’économie Reda Al-Shakandali estime que la déclaration du Groupe des Sept n’était pas surprenante, car elle a été précédée de positions et de discours, que ce soit dans le cadre de la relation avec la position américaine ou dans les rapports de institutions financières internationales et institutions de notation souveraine.

Shakandali a souligné dans une déclaration à Al Jazeera Net que tous ces partis se sont concentrés sur un appel unifié pour que la Tunisie retourne sur la voie démocratique, avertissant en retour que la poursuite de la situation actuelle fera payer un lourd tribut économique à la Tunisie dans ses relations avec ses principaux partenaires en Europe et en Amérique.

Plus de politique

What do you think?

14 Points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Soyons le gardien de nos frères - Le gouvernement de Gombe supplie les États du Sud de reconsidérer leur position sur la taxe sur la valeur ajoutée

Soyons le gardien de nos frères – Le gouvernement de Gombe supplie les États du Sud de reconsidérer leur position sur la taxe sur la valeur ajoutée

Abdelhamid Debeibah en visite demain jeudi en Tunisie

Abdelhamid Debeibah en visite demain jeudi en Tunisie