in

Une vague de moquerie de la part de l’adjoint de mes frères « s’est enfui » après avoir été convoqué militairement

النائب الإخواني راشد الخياري

Rédaction Le 2021-04-22 23:04:00, Une vague de moquerie de la part de l’adjoint de mes frères « s’est enfui » après avoir été convoqué militairement

Le tribunal militaire tunisien a délivré une assignation à comparaître contre le membre des Frères musulmans du Parlement tunisien, Rached El-Khayari, pour « conspiration ».

La convocation de Khayari intervient après avoir accusé le président Qais Saeed d’avoir reçu de l’argent des États-Unis d’Amérique lors de sa campagne électorale lors des élections présidentielles de 2019.

Le juge d’instruction a inculpé al-Khayari des accusations de complot contre la sécurité de l’État et de communication avec des agents d’un État étranger.

L’accusation portée par le juge d’instruction contre Rashid El-Khayari déclarait: «Faire ce qui affaiblirait l’esprit d’ordre militaire de l’armée, l’obéissance aux supérieurs ou le respect qui leur est dû, critiquant les actions du commandement général ou des responsables de l’armée. actions d’une manière qui porte atteinte à leur dignité, et participe délibérément à un acte visant à détruire le moral de l’armée ou de la nation, avec l’intention de nuire à la défense nationale et de comploter contre la sécurité intérieure de l’État.

Dans une vidéo qu’il a postée lundi sur sa page Facebook officielle, El-Khayari a accusé le directeur de la campagne électorale, Lakis Saeed, de recevoir des fonds étrangers par mandat-poste au profit du chef de l’Etat (il est au pouvoir depuis octobre 23, 2019), et d’avoir des documents prouvant cela, cela a été démenti par l’ambassade des États-Unis d’Amérique en Tunisie dans un communiqué mercredi.

La nouvelle de la convocation de la Fraternité a déclenché une vague de ridicule parmi les pionniers des sites de réseaux sociaux en Tunisie, considérant que les allégations de Rashid al-Khayari étaient «fragiles et ses accusations retournées contre lui».

Après avoir reçu la nouvelle de la convocation, El-Khayari a déménagé chez lui et son emplacement n’a pas encore été déterminé de peur de lever son immunité parlementaire.

La journaliste tunisienne Monia Arfaoui a écrit sur Facebook un message se moquant d’El-Khayari, disant: « Les accusations sur lesquelles le juge d’instruction militaire s’est appuyé pour délivrer l’assignation peuvent non seulement le laisser s’échapper, mais doivent s’évaporer après cela. »

De son côté, le sous-secrétaire général du Syndicat général tunisien du travail, (la plus grande organisation syndicale de Tunisie), Sami Taheri, s’est moqué des accusations de Rached El-Khayari, déclarant: «Ce député fugitif, malgré les documents de sa possession condamnant le président de la république à la haute trahison, comme il l’a déclaré, les députés du mouvement Ennahda de la Fraternité parlent toujours de liberté d’expression, de droit de ne pas être d’accord et de droit à la critique.

Le directeur tunisien, Najib Manasiriya, a également commenté sarcastiquement les allégations de Rashid El-Khayari dans lesquelles il a accusé le président tunisien, Qais Saeed, et a écrit un article de blog dans lequel il a dit, faisant référence à Al-Khayari: « Je vous ai choisi, alors choisissez entre la prison ou l’évasion.  »

L’avocat Yassin Azazah a écrit sur Facebook qu’après son évasion et ne pas avoir été traduit devant la justice, Khayari a demandé l’aide de médias étrangers, sollicitant de l’aide et recommençant un certain nombre de crimes qu’il avait commis dans la vidéo, qu’il a révoquée de sa page avec le disponibilité d’un coin de publicité. Il diffame désormais le président de la République tunisienne et l’accuse de trahison sur les médias étrangers et inculpé sans preuves, alors qu’il s’enfuyait dans un lieu inconnu.

Il a poursuivi: « Ce criminel doit être tenu pour responsable et l’application de la loi doit lui être appliquée. »

What do you think?

24 points
Upvote Downvote

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
En Tunisie, les nouveaux visages de la colère

En Tunisie, les nouveaux visages de la colère

Mofdi Mseddi face à la fronde des journalistes de la TAP - Jeune Afrique

Mofdi Mseddi face à la fronde des journalistes de la TAP – Jeune Afrique